France
URL courte
7414
S'abonner

Des prisonniers refusant d'être séparés suite à un incident ont attaqué quatre surveillants à la maison d'arrêt de Besançon, cassant deux côtes à l'un d'entre eux et brisant une dent à un autre.

Quatre surveillants ont été violemment agressés vendredi 24 avril à la maison d'arrêt de Besançon par deux détenus «d'une même fratrie» qui refusaient d'être séparés, a appris l'AFP le lendemain, de source syndicale.

L'agression s'est produite vendredi après-midi, a indiqué dans un communiqué le syndicat SNP-FO.

Les deux hommes, issus «d'une même fratrie», se trouvaient dans la même cellule mais devaient être séparés «suite à un incident survenu» jeudi, selon le communiqué.

Selon le SNP-FO, les quatre surveillants venus les séparer ont alors essuyé «une débauche de violence» de la part des deux détenus, qui ont cassé «deux côtes» à un surveillant et brisé une dent à un de ses collègues.

Les deux autres surveillants ont été touchés à une main pour l'un et aux cervicales pour l'autre, selon le syndicat.

L'agressivité qui s'amplifie

«Il faut mettre un terme à cette banalisation d'agressivité qui malheureusement s'amplifie au fil des mois et des années», insiste SNP-FO dans son communiqué, exigeant le placement de deux détenus en «quartier disciplinaire» ainsi qu'une «peine pénale exemplaire».

A l'image des autres établissements pénitentiaires, la maison d'arrêt de Besançon, qui dispose d'environ 280 places, est soumises depuis mi-mars à diverses restrictions en raison de l'épidémie de coronavirus, comme l'arrêt des parloirs et des activités collectives.

Lire aussi:

Un infectiologue marocain étrille l’étude de The Lancet critiquant la chloroquine
Les aliments les plus dangereux pour le foie énumérés
Un syndicat de police s’amuse d’une intervention violente et outre les internautes – vidéo
Tags:
agression, Besançon, prison
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook