France
URL courte
6852
S'abonner

Après avoir répondu à une annonce sur Snapchat concernant la vente d’une moto, deux mineurs ont été attaqués par trois autres adolescents armés sur le lieu de la transaction prévue. Deux de ces jeunes ont été mis en examen.

Deux adolescents ont été mis en examen pour un guet-apens ayant visé deux victimes elles aussi mineures, rapporte Le Parisien. Les faits se sont produits mercredi 22 avril à Boissy-Saint-Léger, dans le Val-de-Marne.

Selon le quotidien, un certain «Pogbiiche» proposait sa moto-cross à 2.500 euros sur le réseau social Snapchat. Quand les deux jeunes originaires de l’Essonne sont venus pour procéder à l’achat, ils ont été attaqués par trois individus munis de battes de base-ball et de bombes lacrymogènes. L’un des acheteurs s’est fait rouer de coups, puis traîné vers un local à poubelles.

D’après le média, un équipage de la brigade anticriminalité de Boissy est intervenu et a mis en fuite les agresseurs. Les forces de l’ordre les ont rattrapés.

Trois suspects arrêtés

Deux adolescents ont été interpellés pour cette agression avant d’être mis en examen le 24 avril par un juge des enfants du tribunal de Créteil.

Il s’est avéré que l’un de ces malfaiteurs, âgé de 15 ans, est un habitué du commissariat. Il a reconnu avoir tendu ce piège pour voler l’argent. En outre, un de ses complices a été arrêté dès le lendemain à son domicile. Il a assuré aux policiers qu’il ne savait rien de ce guet-apens mais a été déféré pour complicité.

Un troisième suspect a été interpellé après l’incident, mais les investigations l’ont disculpé pour ce piège tendu. Pourtant, il a écopé d’un rappel à la loi pour possession d’un couteau.

Lire aussi:

Violent incendie en cours dans un entrepôt à Aubervilliers, la fumée visible depuis Paris - images
Valls ministre des Affaires étrangères? Une note secrète dévoilée par Marianne évoque un possible remaniement
Deux policiers US poussent un homme de 75 ans qui finit en sang sur le trottoir – vidéo choc
Tags:
attaque, Snapchat, piège, moto, France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook