France
URL courte
Par
8595
S'abonner

Malgré la crise sanitaire qui touche le pays, les Français n’oublient pas pour autant de s’entraider. Une boutique située dans le quartier parisien de la Goutte d’Or s’est récemment lancée dans la fabrication de masques de protection afin de les distribuer gratuitement. Sputnik est allé à la rencontre du gérant.

Partout en France, les initiatives solidaires se multiplient. À Paris, dans le quartier bigarré de la Goutte d’Or (XVIIIe arrondissement), Barakatou, une boutique de tissus et de prêt-à-porter africains, s’est lancée dans la fabrication de masque de protection. Pour Musa Faty, le gérant de la boutique, il était tout à fait logique de venir en aide aux personnes en première ligne face au Covid-19 et aux plus fragiles.

«Après 15 jours de confinement, avec mon collègue, on s’est rendu compte que l’on restait à la maison sans rien faire et qu’il y avait un problème [de masques, ndlr] qui concernait tout le monde. On a donc décidé de donner un coup de main en produisant et distribuant des masques.»

Il salue d’ailleurs l’esprit d’entraide des habitants, sans qui cette initiative aurait eu du mal à voir le jour.

«Les gens sont venus massivement nous soutenir depuis que l’on a commencé. Certaines personnes viennent acheter du tissu à la boutique et nous l’offrent pour que l’on puisse faire un maximum de masque pour les gens. D’autres viennent avec du fil, d’autres avec leurs propres tissus. Certaines font des dons. Ça nous fait chaud au cœur.»
Barakatou, une boutique de tissus et de prêt-à-porter africains
© Sputnik .
Barakatou, une boutique de tissus et de prêt-à-porter africains

Pour l’épauler dans son entreprise solidaire, une demi-douzaine de couturiers bénévoles se sont lancés dans l’aventure. C’est le cas de Banfa, à la retraite, qui se rend chaque jour à l’atelier pour aider.

«La vie, c’est plus important que tout. Même si ce ne sont que quelques pièces, ça peut sauver des vies de quelques personnes, donc ça me fait plaisir de faire ça», se réjouit le retraité.
Atelier de couture
© Sputnik . Bruno Marty
Atelier de couture

Grâce à l’atelier de confection, près de 400 masques ont déjà été distribués, notamment à des policiers, pompiers ou encore ambulanciers, sans compter 350 donnés à de simples Parisiens. Comme le détaille Musa Faty à Sputnik, «nous prévoyons d’en distribuer encore 500 [samedi 2 mai, ndlr]». En outre, le gérant de la boutique est bien décidé à continuer sur sa lancée.

«On en fera autant que l’on peut. Tant que le coronavirus ne s’arrête pas, on ne s’arrêtera jamais», conclut Musa Faty.

Lire aussi:

Un infectiologue marocain étrille l’étude de The Lancet critiquant la chloroquine
Les aliments les plus dangereux pour le foie énumérés
Un syndicat de police s’amuse d’une intervention violente et outre les internautes – vidéo
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook