France
URL courte
Septième semaine de confinement en France (46)
111618
S'abonner

Interpellé lors d’un contrôle d’attestation dérogatoire à Toulouse, un jeune de 18 ans a tenté de s’évader du commissariat central et a chuté de près de deux mètres sur la tête. Ayant perdu beaucoup de sang, il a refusé d’être soigné, de s’exprimer et de décliner son identité, relate La Dépêche.

Vendredi 24 avril, un jeune homme a été arrêté lors d’un contrôle d’attestation de sortie à Toulouse. Ayant reconnu être en possession de stupéfiants, il s’est rebellé lors de la palpation de sécurité et a été amené au commissariat, rapporte La Dépêche.

Placé dans une salle du rez-de-chaussée pour être ensuite transféré dans les cellules du sous-sol, il a réussi à se défaire de ses menottes et a sauté par une fenêtre ouverte.

Sa chute d’une hauteur de 1,80 mètre s’est soldée par de graves blessures sur le crâne. Il a perdu beaucoup de sang, mais a refusé d’être soigné tout comme de s’exprimer et de dire son nom.

«Le Samu a été avisé à 17h30. Un peu embêtant quand on sait qu’il a sauté vers 16 heures!» a souligné son avocate lors de l’audience qui se tenait mardi par écran interposé entre la maison d’arrêt et le tribunal correctionnel de Toulouse.

«Sur les nerfs à cause du ramadan»

Selon le journal, le prévenu, qui est apparu «dévasté», ne pouvait s’empêcher de retenir ses larmes durant les débats auxquels il avait pourtant refusé d’assister.

«J’étais sur les nerfs à cause du ramadan», a-t-il déclaré pour justifier sa réaction lors du contrôle de police.

Le tribunal l’a condamné à un mois de prison avec sursis. Il a été reconnu coupable de rébellion mais a été relaxé de toutes les autres charges compte tenu des arguments de l’avocate.

Dossier:
Septième semaine de confinement en France (46)

Lire aussi:

Les aliments les plus dangereux pour le foie énumérés
Un infectiologue marocain étrille l’étude de The Lancet critiquant la chloroquine
La Russie réduit fortement sa livraison de gaz via la Pologne
Tags:
confinement, contrôle, Toulouse
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook