France
URL courte
Septième semaine de confinement en France (46)
13712
S'abonner

Constatant des «équilibres financiers précaires» et «le manque de bases légales», l'office public de l'habitat (OPH) de Bobigny a annoncé qu'il n'est pas dans la situation de se permettre l'annulation des loyers d'avril pour 4.000 locataires, comme pourtant promis par la ville.

L'office public de l'habitat (OPH) de Bobigny, en Seine-Saint-Denis, a averti que «le manque de bases légales» et sa santé financière «ne permettent pas» l'annulation des loyers d'avril pour 4.000 locataires, comme pourtant promis par la ville, indique l'AFP.

«Les équilibres financiers précaires [...] de même que le manque de bases légales, ne permettent pas l'exonération des loyers», a alerté Jonathan Berrebi, le président de l'OPH, dans un courrier du 29 avril adressé aux locataires.

«Privilégier le pouvoir d'achat des familles»

La ville de Bobigny s'était engagée la semaine dernière à annuler l'ensemble des loyers du mois d'avril pour tous les locataires de cet office public, évoquant une première en France pour «privilégier le pouvoir d'achat des familles».

En mettant en péril les finances du bailleur, déjà soumis à un plan de redressement, son impact serait «considérable», insiste M.Berrebi, qui rappelle que la mesure doit préalablement obtenir l'aval du conseil d'administration.

Dans un courrier daté du 28 avril, et dont l'AFP a eu copie jeudi, 10 membres de ce conseil demandent la tenue rapide d'un conseil d'administration extraordinaire, à distance, avec ce sujet pour unique ordre du jour.

Parmi les élus signataires se trouvent le maire UDI sortant Stéphane de Paoli et le candidat de la majorité, Christian Bartholmé, arrivé en deuxième position au premier tour des élections municipales de mars.

Vote prochain

La ville de Bobigny s'est engagée à assumer 50% de cette exonération, pour un coût total de 1,6 million d'euros. Cette décision devra également faire l'objet d'un vote lors du prochain conseil municipal.

Mais elle avait expliqué que la charge restante devait être assumée par l'OPH en utilisant «tous les leviers» à sa disposition, comme le report des travaux qui ne peuvent être réalisés en période de confinement.

«Il est infondé d'affirmer qu'aucun échange entre la municipalité et le président de l'office HLM n'ait eu lieu préalablement» à cette annonce, a déclaré la ville de Bobigny, arguant que des échanges écrits entre les deux parties allaient dans ce sens.

«Nous maintenons notre engagement», a-t-elle conclu.

Face à la crise sanitaire, qui complique la situation économique de nombreux ménages, plusieurs bailleurs sociaux franciliens proposent à certains locataires en difficulté des reports de loyers ou des plans d'étalement. Mais à ce stade aucun n'a opté pour une annulation massive de loyers.

Dossier:
Septième semaine de confinement en France (46)

Lire aussi:

Violent incendie en cours dans un entrepôt à Aubervilliers, la fumée visible depuis Paris - images
Deux policiers US poussent un homme de 75 ans qui finit en sang sur le trottoir – vidéo choc
Valls ministre des Affaires étrangères? Une note secrète dévoilée par Marianne évoque un possible remaniement
Endormie, elle est violée par un ouvrier venu faire des travaux chez elle dans les Yvelines
Tags:
annulation, loyer, France, Bobigny
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook