France
URL courte
9885415
S'abonner

En se filmant avec son portable, un individu a copieusement insulté Éric Zemmour dans une rue de Paris. Il s’est vanté plus tard de lui avoir craché dessus et a expliqué ne pas avoir engagé une conversation courtoise avec le polémiste car celui-ci «est super fort, le débat c’est impossible».

Jeudi 30 avril, un jeune homme a aperçu Éric Zemmour dans une rue parisienne, lequel venait visiblement de faire les courses. Il l’a immédiatement inondé d’insultes en se filmant avec son téléphone. Il s’est ensuite vanté d’avoir craché sur lui et a partagé l’extrait sur son compte Snapchat, sous le pseudonyme de «Haram La Gratuité».

L’individu, de retour chez lui, a ensuite affirmé avoir reçu à la fois des messages de soutien de ses abonnés et des insultes de la part des «partisans» de Zemmour. Il a cependant reconnu qu’il «n’aurait pas dû l’insulter» et a expliqué que «c’est impossible de parler avec lui, il est super fort, le débat c’est impossible».

«C’est comme si j’avais voulu parler avec Marine Le Pen», a-t-il poursuivi, «à part l’insulter sa mère, vous voulez faire quoi?».

Un discrédit pour la communauté maghrébine et musulmane

L’histoire a fait le tour des réseaux sociaux, et de nombreux internautes ont déploré cette attitude. Même si beaucoup n’adhèrent pas aux idées d’Éric Zemmour, ils ont indiqué que se comporter de la sorte permettait à la fois d’alimenter la haine envers la communauté d’origine maghrébine et musulmane en France et de faire des amalgames.

Contacté par Valeurs Actuelles, le polémiste n’a pas souhaité commenter ces extraits, jugeant que les images parlaient d’elles-mêmes.

Lire aussi:

Un chef partage son secret pour des pommes de terre rôties parfaites 
Un homme «neutralisé» à Paris après avoir tenté d'attaquer des policiers au couteau
Un puissant séisme frappe la Grèce et la Turquie, plusieurs morts et plusieurs centaines de blessés - images
Tags:
haine, débats, Snapchat, vidéo, agression, insulte, Eric Zemmour
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook