France
URL courte
11454
S'abonner

Rassemblées depuis quelques jours derrière le hashtag #Rendeznousnosplages, des maires exigent la réouverture des plages après le déconfinement, dont le maire de Ploemeur, qui a qualifié cette décision de «privation de liberté illogique et déconnectée», évoquant une «désobéissance civique», fait savoir BFM TV.

Suite à la décision de garder les plages fermées après le 11 mai dans le cadre du plan de déconfinement du gouvernement, les maires de certaines régions françaises, notamment celles de la Bretagne au Nord-Pas-de-Calais, expriment leur mécontentement de cette mesure, exigeant la réouverture des plages. Plusieurs pétitions ainsi qu’un hashtag #Rendeznousnosplages ont été lancés par des élus ces derniers jours.

Ronan Loas, maire de Ploemeur et vice-président du conseil départemental du Morbihan, n’est pas resté de côté et s’est également exprimé sur Twitter, cité par BFM TV. Dans une publication ce mardi 5 mai dans l’après-midi, il a considéré cette décision concernant les plages de «privation de liberté illogique et déconnectée», évoquant une «désobéissance civique», si la mesure était maintenue. Toutefois, plus tard, le tweet dans sa première version reprise par BFM TV avec les mots de «désobéissance civique» a été supprimé.

«Même problème avec nos plages, désobéissance civique si cette privation de liberté illogique et déconnectée est maintenue après le 11 mai #rendeznouslamer #RendezNousNosPlages https://t.co/fU6z6r9Ktg — Ronan Loas (@RonanLoas) May 5, 2020», indique le tweet cité par BFM TV.

Contacté par la suite par BFM TV, Ronan Loas a souligné qu’en ce qui concerne la fermeture des plages «l'exaspération est très lourde pour nous, élus».

«Notre département n'est pas particulièrement touché par l'épidémie, et la population ici est tout particulièrement attentive et respectueuse des mesures sanitaires», a expliqué Ronan Loas cité par le média.

De plus, le maire met l’accent sur le fait que «les gens seront certainement moins agglutinés sur nos immenses littoraux que dans des supermarchés ou des rames de métro bondées des grandes villes», interrogé par BFM TV sur le respect des mesures de distanciation sociale.

Le maire breton n’est pas seul

À son tour, Marc Le Fur, député des Côtes-d'Armor et vice-président de l'Assemblée nationale, appelle le Premier ministre à arrêter «de tout décider de Paris, écoutez le local et les élus qui connaissant les lieux», s’interrogeant: «en quoi les plages seraient-elles plus dangereuses que les transports en commun et les grandes surfaces».

Alain Cadec, président LR des Côtes-d'Armor, milite, lui, pour un accès organisé aux plages «dans le respect des préconisations sanitaires et sous l'autorité des maires».

De plus, une pétition qui avait été lancée mardi 28 avril à destination des quatre préfets de la façade atlantique a recueilli plus de 26.000 signatures. Elle demande une réouverture des plages du littoral «pour les surfeurs, les nageurs, les joggeurs, les promeneurs et toute autre personne pratiquant une activité physique pour une durée déterminée sans regroupement».

Lire aussi:

Les aliments les plus dangereux pour le foie énumérés
Un infectiologue marocain étrille l’étude de The Lancet critiquant la chloroquine
La Russie réduit fortement sa livraison de gaz via la Pologne
Quand un chat «échange des mots» avec une souris – photo
Tags:
Covid-19, santé, plage, France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook