France
URL courte
138054
S'abonner

Un rodéo sauvage annoncé sur les réseaux sociaux a mobilisé d’importants effectifs de police, à Vénissieux. Un policier roué de coups a dû être transporté à l’hôpital. Ce type d’incidents se répète dans la région lyonnaise ces dernières semaines.

La Police nationale a été mise à contribution mercredi 6 mai, suite à un appel lancé sur les réseaux sociaux pour former un rodéo sauvage dans les rues de Vénissieux, dans le département du Rhône, rapporte le média LyonMag. 

En plus d’importants effectifs au sol, un hélicoptère avait été réquisitionné, pour empêcher le rodéo, et suivre les contrevenants depuis les airs.

Malgré ce déploiement, les tensions ont éclaté en fin d’après-midi. Un motard des forces de l’ordre a en particulier été stoppé au beau milieu d’une voie par un groupe d’individus, qui l’ont agressé. Selon le syndicat Alliance Police nationale, l’agent a été roué de coups de pieds, de poings, et a été blessé au visage par un projectile. Il a finalement pu se dégager et a été transporté à l’hôpital.

Des incidents récurrents

Ce type de rodéos sauvages semble se multiplier dans la région lyonnaise, malgré les mesures de confinement. 

Ainsi, lundi 4 mai, un rodéo de grande ampleur, rassemblant plusieurs dizaines de deux roues, s’était déjà déroulé dans l’agglomération, poursuit le site d'informations.

Empruntant le périphérique, le cortège avait traversé plusieurs communes limitrophes de Lyon. Là encore, l’événement avait été annoncé sur les réseaux sociaux, relate LyonMag.

D’autres incidents du même genre ont été signalés mercredi 6 mai, à Rillieux-la-Pape et à Vaulx-en-Velin, où les forces de l’ordre ont dû faire usage de gaz lacrymogènes.

Lire aussi:

Le nombre de décès le plus élevé depuis avril et les nouveaux cas en baisse en 24h en France
«Nous sommes libres de décapiter»: des milliers de messages de bots envahissent des sites français
Un contrôle du couvre-feu tourne mal dans la Loire
Tags:
moto, banlieue, Lyon, police, rodéo
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook