France
URL courte
9447
S'abonner

Selon l'Organisation mondiale de la santé, «le risque existe toujours que la maladie reparte». Didier Raoult se montre pourtant optimiste lorsqu'il évoque l'épidémie en France. Le professeur estime que «cet épisode est en train de se résoudre».

Bien que plusieurs foyers épidémiques aient été signalés ces derniers jours en France, notamment en Dordogne, à Lannion dans les Côtes-d'Armor, à Clamart dans les Hauts-de-Seine, et en Vendée, le professeur Didier Raoult affirme que «l'épidémie est en train de se terminer».

Dans son bulletin d'information, posté sur le Net, l'infectiologue juge que «cet épisode est en train de se résoudre. Il n'y a nulle part de deuxième vague, c'est la courbe banale».

«Quelques cas sporadiques apparaîtront ici ou là éventuellement s'il y a quelqu'un de super contagieux, mais tout cela ne traduit plus une dynamique épidémique», assure-t-il.

L’OMS recommande une «extrême vigilance»

Alors que la planète continue son lent retour à une vie plus normale, l'Organisation mondiale de la santé recommande une «extrême vigilance» dans le déconfinement, faute de traitement et de vaccin.

Le responsable des questions d'urgence sanitaire de l'Organisation, Michael Ryan, a regretté le 11 mai que «certains pays», qu'il n'a pas nommés, aient choisi de «fermer les yeux et avancer en aveugle» vers le déconfinement.

«Si la maladie persiste à un faible niveau dans des pays qui n'ont pas la capacité d'étudier les foyers, de les identifier, le risque existe toujours que la maladie reparte», a-t-il mis en garde

Lire aussi:

Comment éviter l’«effondrement» de la France qui vient? Laurent Obertone donne ses 10 lois «pour vaincre» – vidéo
Un certain nombre de départements français vont introduire un couvre-feu, selon le gouvernement
Radicalisme religieux: l’islamisme qui cache la forêt?
«La lutte contre l’islamisme radical ne plaît pas à tous»: le drôle de limogeage d’un commissaire des Yvelines
Tags:
OMS, Covid-19, Didier Raoult, France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook