France
URL courte
161443
S'abonner

Alors que plus de 60 plaintes ont été déposées contre le gouvernement pour sa gestion de la crise, sa porte-parole a reconnu qu'il «serait présomptueux d'affirmer que nous n'avons commis aucune erreur».

Lors d'une conférence de presse à l'issue du Conseil des ministres ce mercredi 13 mai, Sibeth Ndiaye a commenté la gestion de la crise sanitaire par le gouvernement qui, selon elle, a fait tout son possible dans cette période.

«Il serait présomptueux de ma part d'affirmer que nous n'avons commis aucune erreur à aucun moment. Je crois que nous avons fait de notre mieux dans la période aussi exceptionnelle que nous avons connu et que nous connaissons encore», a-t-elle déclaré.

Quant aux plaintes déposées contre le gouvernement, la porte-parole estime que commenter les suites judiciaires qu'elles pourraient avoir ne relève pas de sa compétence, reconnaissant que les Français «ont évidemment la possibilité d’ester en justice et c’est leur droit le plus strict».

Plus de 60 plaintes déposées

Cette déclaration intervient après que le procureur général François Molins a annoncé mardi 12 mai sur RTL que 63 plaintes ont été déposées contre des membres du gouvernement auprès de la Cour de justice de la République pour dénoncer leur gestion de la crise du coronavirus.

Ces plaintes concernent «le plus souvent le Premier ministre, les deux ministres de la Santé qui se sont succédé», ainsi que leurs homologues de la Justice, du Travail et de l'Intérieur.

Qui sont les plaignants?

Le procureur général rapporte que parmi les plaignants se trouvent de simples particuliers, des associations, des médecins et des syndicats tels que la CGT pénitentiaire ou Vigi-Police. Au moins une quinzaine de plaintes ont été déposées par des détenus, ajoute une source judiciaire.

Ils dénoncent, selon les cas, une «mise en danger de la vie d'autrui», un «homicide involontaire», une «non-assistance à personne en danger» ou un retard dans la prise de mesures pour endiguer l'épidémie.

Lire aussi:

Le nombre de décès le plus élevé depuis avril et les nouveaux cas en baisse en 24h en France
«Nous sommes libres de décapiter»: des milliers de messages de bots envahissent des sites français
Un contrôle du couvre-feu tourne mal dans la Loire
Il refuse de donner une cigarette, sa mère se fait tuer en prenant sa défense dans la Drôme
Tags:
François Molins, Conseil des ministres français, Sibeth Ndiaye, France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook