France
URL courte
8714
S'abonner

En effectuant le contrôle d’une voiture dans le XIIe arrondissement de Paris, des policiers sont tombés sur un individu recherché depuis début mars pour ne pas avoir réintégré sa prison à la suite d’une permission de sortie. Pour leur échapper, il a trouvé un «abri» dans la salle de bains d’une habitante du quartier.

Les policiers de la Brigade anticriminalité (BAC) ont pu interpeller un homme recherché depuis le 3 mars en effectuant un contrôle de voiture tard dans la soirée du 12 mai à Paris. Avant de se faire arrêter, l’homme de 19 ans s’est réfugié dans la salle de bain d’une habitante du quartier. Les faits se sont déroulés dans le XIIe arrondissement, précise Actu17. 

Le suspect se trouvait dans une Volkswagen Polo avec quatre autres individus. Les forces de l’ordre l’ont reconnu. Elles ont eu besoin de renforts lorsque la situation est devenue plus tendue. Alors que deux occupants sont sortis de la voiture pour s’opposer aux policiers, le jeune a pris la fuite à pied. 

Le média indique qu’il était recherché pour ne pas avoir réintégré la prison de la Santé suite à une permission de sortie.

Il se cache dans un appartement

Poursuivi par la police, le délinquant a décidé de se cacher dans un appartement de la rue de Toul en y entrant par une fenêtre ouverte. Les policiers ont entendu l’habitante hurler et ont accédé au logement. Il se cachait dans la salle de bains. Il a été placé en garde à vue et réintégra la prison bientôt, toujours selon la même source. 

En outre, les forces de l’ordre ont pu interpeller et mettre en garde à vue un autre occupant de la voiture et deux autres ayant pris la fuite. Les investigations sont en cours.

Lire aussi:

Nice: l'une des victimes «présente un égorgement très profond de l’ordre d’une décapitation»
Un automobiliste fonce sur une foule en Allemagne, un mort et des blessés
Attentat de Nice: «c’est le début de la guerre civile en France»
Tags:
course-poursuite, poursuites, forces de l'ordre, Paris, police
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook