France
URL courte
2823131
S'abonner

En réunissant ce jeudi 14 mai les acteurs du tourisme lors d'un comité interministériel, Édouard Philippe s'est penché sur la question qui préoccupe tous les Français, celle des vacances d'été. Selon lui, ils pourront partir se détendre dans l'Hexagone en juillet et août.

Édouard Philippe a pris ce 14 mai la parole dans la cour de Matignon afin de présenter le plan pour le tourisme dans le contexte de l'impact provoqué par le coronavirus. Le Premier ministre a tenu à souligner que le sauvetage de ce secteur était une «priorité nationale».

Il a ainsi précisé que les Français pourront partir en vacances dans l'Hexagone en juillet et août.

«S'agissant des vacances et sous réserve des conditions de l'évolution de l'épidémie et de possibles restrictions très localisées, nous privilégions une hypothèse raisonnable: les Français pourront partir en vacances en France au mois de juillet et au mois d’août», a déclaré le Premier ministre.

«Quand je dis en France, c'est évidemment en métropole, dans l'Hexagone, et dans les outre-mer», a-t-il par ailleurs tenu à préciser.

Le plan «sans précédent» prévu est de «18 milliards d'euros d'engagements» en soutien au secteur du tourisme qui avec l'épidémie de coronavirus «fait probablement face à la pire épreuve de son histoire moderne».

Parmi les mesures annoncées par le chef du gouvernement figurent un accès étendu au fonds de solidarité et au chômage partiel pour les entreprises du secteur, ainsi qu'un doublement du plafond journalier des tickets restaurants, relevé de 19 à 38 euros.

Lire aussi:

«Une opération inadmissible»: LREM se lance dans une campagne d’affichage illégale dans toute la France
Guerre au Haut-Karabakh: «Erdogan cherche à mettre la pression sur Poutine», selon Tahhan
«Un objet enfoncé dans le crâne»: violent meurtre de deux femmes à Paris
Pourquoi la tempête Alex attendue en France est-elle qualifiée de «bombe météorologique»?
Tags:
vacances, Français, France, Édouard Philippe
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook