France
URL courte
402408
S'abonner

Accusée notamment de racisme et de harcèlement, Laetitia Avia va déposer plainte pour diffamation contre Mediapart. Les journalistes du site ont présenté à leur tour de nouveaux documents qui contredisent la défense de la députée LREM de Paris.

Après que Mediapart a publié les témoignages de cinq anciens collaborateurs de la députée LREM Laetitia Avia qui dénoncent des «humiliations à répétition au travail, ainsi que des propos à connotation sexiste, homophobe et raciste», l’élue a dénoncé des accusations «mensongères et incohérentes».

Ainsi, selon Mme Avia, elle a repris l’expression «amendement des PD» de la bouche de son ex-collaborateur, lui-même gay, des mots sortis en outre de leur contexte. Questionné par Mediapart, le collaborateur en question dément formellement cette affirmation.

Mediapart cite également une autre conversation, datant du 6 juin 2018, à propos d’une ancienne ministre d’Édouard Philippe: «C’est ma copine [mais] elle communique très mal sur ce qu’elle fait. C’est ce qu’il se passe quand tu mets un gay à la com’».

Des alertes lancées

Laetitia Avia affirme «qu’aucun » de ses salariés «ne s’est jamais plaint de harcèlement», alors que le site révèle une situation inverse. Bien que ses anciens collaborateurs n'aient jamais saisi la Justice, ils auraient entamé de nombreuses démarches pour alerter sur leurs conditions de travail.

«La déontologue de l’Assemblée nationale a en effet été saisie à au moins six reprises entre 2017 et 2020. [...] des rendez-vous ont notamment été pris avec elle en juin 2018, janvier 2019 et mars 2020. À chaque fois par des collaborateurs différents», affirme le site en se référant à des documents internes.

«J’ai été alertée par deux collaborateurs qui se demandaient comment quitter leur députée sans avoir de problème par la suite. Lors de deux rendez-vous différents, chacun m’a fait part d’une situation préoccupante. Ils avaient évoqué de vives tensions au sein de l’équipe de la députée, mais aussi des dénigrements en public et des réflexions à connotation raciste et homophobe», confirme auprès de Mediapart Laurence de Saint-Sernin, secrétaire générale du syndicat Solidaires de l’Assemblée.

Selon le site, l’une des collaboratrices actuelles de Mme Avia a aussi alerté la cellule anti-harcèlement, en dénonçant «dévalorisation, humiliation, atteintes aux conditions de travail, dévalorisation sur l’habillement et aspect physique, jugement sur orientation sexuelle, jugement sur origine d’un collaborateur».

Des membres du gouvernement expriment leur soutien

Après la publication d'un premier article, Sibeth Ndiaye a fait état de «rumeurs de presse» et a félicité la député pour son travail effectué «avec beaucoup de brio» contre la haine en ligne.

«Cela fait un an que je travaille quasiment quotidiennement avec Laetitia Avia et laisser penser qu’elle puisse être raciste ou homophobe est un non-sens absolu», a aussi déclaré le secrétaire d’État chargé du numérique, Cédric O, face à l’Assemblée nationale, lors de l’examen de la loi sur la cyberhaine portée justement par la députée.

En revanche, le cabinet de Gilles Le Gendre, patron du groupe En marche à l’Assemblée, a avoué, cité par BFM TV, des dysfonctionnements: «On ne nie pas du tout qu’il y ait un litige professionnel dans [l’équipe de Laetitia Avia], mais nous ne pouvons pas jouer les médiateurs, nous respectons le droit du travail».

Lire aussi:

Des musulmans investissent une mairie et exigent des excuses d’un élu pour ses propos jugés racistes
Macron met en garde contre une «accélération extrêmement forte» de la propagation du coronavirus
Une étudiante arrêtée pour avoir justifié le meurtre de Samuel Paty
Tags:
harcèlement, racisme, La République en Marche! (LREM), Mediapart, Laetitia Avia, France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook