France
URL courte
5196
S'abonner

Des photos de masques et de gants usagés tapissant les trottoirs des grandes villes circulent sur Internet. Les éboueurs font part de leur indignation. Un phénomène qui touche également les campagnes et les littoraux, comme le dénonce les associations de protection de l’environnement.

Des agents de collecte des déchets ont partagé sur Internet des photos de masques et de gants abandonnés en pleine rue. Les syndicats d’éboueurs pointent du doigt un manque de respect et alertent contre des attitudes susceptibles d’accélérer la propagation du virus.

«C'est de l'incivisme. C'est un danger potentiel pour les éboueurs et les citoyens lambda. Imaginez un gosse qui passe et qui jouerait avec ces déchets […]. Déjà en temps normal, ça ne se fait pas de jeter ses papiers dans la rue. Mais encore moins ce genre de matériel médical qui peut être souillé par le virus», explique au Figaro Régis Vieceli, secrétaire général du syndicat CGT du nettoyage de la ville de Paris.

Des comportements similaires ont été rapportés à Toulouse et à Lyon. Pour lutter contre ces incivilités, certaines municipalités ont décidé de sévir. Ainsi, à Marcq-en-Baroeul, dans le département du Nord, le maire a pris un arrêté punissant de 68 euros d’amende les individus qui crachent dans les rues ou jettent sur la voie publique du matériel de protection contre l’épidémie, rapporte Lille Actu.

Un risque environnemental

Le phénomène ne se cantonne pas aux zones urbaines mais touche aussi les campagnes, comme l’explique Nice-Matin. 

Les associations de protection de l’environnement constatent en effet que des masques et des gants viennent s’ajouter aux habituels déchets abandonnés dans la nature.

«On commence à trouver des masques, des lingettes et des gants de protection jetés au sol près des plages, dans les allées boisées […]. Non seulement en se comportant ainsi on ne respecte pas notre environnement mais on ne respecte pas non plus les personnes qui vont devoir nettoyer et que l'on met aussi en danger», explique à Nice-Matin une bénévole de l’association Explore & Preserve, qui collecte des déchets sauvages dans le Var.

Une situation encore plus sensible dans les zones côtières, où ces déchets sanitaires peuvent finir en mer ou «dans l’estomac des animaux marins», souligne l’association sur son site Internet.

Lire aussi:

Sans précédent: la France recense plus de 13.000 nouveaux cas de Covid-19 en 24h
Ces 11 pays qui n’ont toujours pas de cas déclarés de coronavirus depuis le début de la pandémie
Un gang de voleurs de 4x4 démantelé à Paris, il envoyait ses larcins en Afrique
Tags:
éboueur, environnement, déchets, masques
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook