France
URL courte
4123
S'abonner

Un individu de 33 ans a été condamné le 14 mai à Niort, malgré ses dénégations, à deux ans d’incarcération pour des violences répétées sur un bébé. Âgé aujourd’hui de trois ans, l’enfant garde toujours des traces de ces sévices.

Un trentenaire a été jugé le 14 mai par le tribunal correctionnel de Niort (Deux-Sèvres) pour des violences répétées sur le nourrisson de celle qui était sa concubine en 2017. Entre avril et décembre de cette même année, il aurait infligé de terribles sévices à ce bébé, relate Ouest-France.

Le 15 décembre 2017, ce restaurateur a appelé les secours car le bébé était en train de faire un malaise. Il a dû être hospitalisé puis transféré en réanimation pédiatrique.

Les médecins ont constaté des hématomes sur son corps, ainsi qu’une hémorragie sous-rétinienne. L’enfant souffrait de nombreuses fractures, parfois anciennes, et présentait un traumatisme crânien grave, résultat d’un choc particulièrement violent. Le personnel a alors prévenu la police.

Il a tout nié

La veille des faits, le prévenu avait envoyé un SMS à sa concubine pour lui dire que son bébé avait heurté une porte. Il l’a prévenue «pour qu’elle ne soit pas surprise en cas de bosse», a-t-il précisé au cours de l’audience.

Le petit en question, aujourd’hui âgé de trois ans, conserve toujours des traces des violences subies en 2017. Il aurait aussi été victime du syndrome du bébé secoué. «Il marche mais chute régulièrement, peine à trouver son équilibre», explique Me Michonneau-Cornuaud, qui représente les intérêts de l’enfant. Il a aussi des difficultés à se nourrir.

Le parquet n’a pas douté de la responsabilité du prévenu, déjà condamné à trois reprises par le passé. En outre, le fils de ce dernier a affirmé lors d’une audition l’année dernière qu’il avait été frappé et insulté par son père à l’âge de 13 ans.

Le mis en cause a nié les faits jusqu’au bout. Le tribunal correctionnel l’a condamné à deux ans de prison.

Lire aussi:

Les aliments les plus dangereux pour le foie énumérés
Un infectiologue marocain étrille l’étude de The Lancet critiquant la chloroquine
La Russie réduit fortement sa livraison de gaz via la Pologne
Tags:
Deux-Sèvres, France, justice, violences, bébé
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook