France
URL courte
1099
S'abonner

Depuis son apparition à Wuhan en Chine, le Covid-19 a provoqué la plus grave crise sanitaire depuis un siècle, mettant en évidence des lacunes dans l'administration française, indique une enquête de Franceinfo. Selon le président du Conseil national d'évaluation des normes, cette crise présente une chance de réviser le fonctionnement de la France.

La crise sanitaire actuelle a mis en lumière les failles de l'administration française, indique Franceinfo dans son enquête publiée le 20 mai.

«La bureaucratie, c'est le mal de ce pays. En plus, nos fonctionnaires ne sont pas formés à la gestion de crise», déplore un ex-conseiller ministériel.

Parmi ces failles figurent notamment la lenteur des prises de décision due à une multiplicité des acteurs, des dysfonctionnements dans la gestion des stocks de masques révélés par Mediapart, des refus de mener des tests de dépistage en masse, une sous-utilisation des laboratoires français, et notamment des laboratoires vétérinaires, qui ont pourtant proposé leur aide, et des cliniques privées laissées de côté.

«Un dysfonctionnement total»

Ainsi, les cliniques privées n’étaient censées prendre en charge les patients atteints du Covid-19 qu’à partir du 16 mars (et faire des tests sérologiques à partir de mi-avril). Cependant il a fallu attendre encore dix jours pour pouvoir accueillir les premiers patients.

«Cela a été un dysfonctionnement total lié à la soudaineté de l'afflux, mais aussi à l'impréparation», souligne Lamine Gharbi, président de la Fédération de l'hospitalisation privée (FHP).

En outre, certaines professions ont dû appliquer leurs efforts pour être intégrées à la lutte contre le coronavirus, d'autres se sont retrouvées en première ligne sans avoir de consignes claires de l'administration centrale.

«Le rapport avec les administrations centrales ou déconcentrées est essentiellement épistolaire, j'ai très peu de contacts directs», assure Agnès Lebrun, maire de Morlaix, dans le Finistère.

Points positifs

Cependant face à l'inertie de l'État, nombreux étaient ceux qui ont pris les choses en main localement, et à tous les échelons.

«C'était de la débrouille organisée. Lorsque toutes les structures associatives ont fermé, on a pris le relais avec nos propres agents pour renforcer l'équipe de livraison alimentaire», confirme Agnès Lebrun.

Une autonomisation a été également observée dans les hôpitaux. En Île-de-France, 35 internes faisaient chaque jour le point sur l'état de tension dans les services, recensaient leurs collègues et leurs compétences pour mieux les répartir dans les hôpitaux.

«On a été obligés de s'autonomiser dans la gestion de la crise en mettant en place des cellules dans les CHU pour gérer les internes», explique Justin Breysse, président de l'Intersyndicale nationale des internes en médecine (Insi).

Un autre principe à appliquer

Alain Lambert, président du Conseil national d'évaluation des normes, rêve que l’État applique le principe de confiance a priori dans ses fonctionnaires et les juge a posteriori. Selon lui, cette crise est une chance historique d'inverser le fonctionnement de la France et d'en finir avec un système totalement hiérarchique qui ne fonctionne plus.

«Or, en France, c'est le système de la défiance a priori qui prévaut: l'agent doit d'abord obtenir une autorisation pour agir, ce qui fait perdre un temps colossal, et on ne s'occupe pas de savoir après s'il a bien ou mal agi».

Agnès Lebrun estime que le pays est «dans un exercice grandeur nature», qui laisse une alternative: soit de «faire un constat et de changer les choses ou ce sera pire qu'avant» soit «si l'on n'est pas capables de tirer les leçons, ce sera la crise des Gilets jaunes version maire».

Lire aussi:

Linda Kebbab, policière insultée: «je ne suis pas une indigène, je suis Française!»
«Chut, taisez-vous!»: Didier Raoult s’en prend à une journaliste de BFM TV
Restrictions chinoises sur le trafic aérien: les Américains attaquent, les Européens acquiescent
Tags:
Finistère, crise, Covid-19, France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook