France
URL courte
458639
S'abonner

La chanteuse Camélia Jordana a créé la polémique dans l’émission «On n’est pas couché» lorsqu’elle a évoqué les violences policières à l’égard des personnes de couleur dans les banlieues, affirmant «ne pas se sentir en sécurité». Des propos qui ont fait réagir le ministre de l’Intérieur.

Invitée samedi 23 mai dans l’émission «On n’est pas couché» sur France 2, Camélia Jordana s’est exprimée sur les violences policières, particulièrement à l’égard des communautés noire et arabe en France. Ses propos ont engendré de nombreuses réactions sur Twitter, au point que le nom de la chanteuse est l’un des hashtags les plus populaires en France ce dimanche 24 mai, cité 2.000 fois.

Face à l’écrivain Philippe Besson pour qui les forces de l’ordre «sont là fondamentalement pour nous protéger», Camélia Jordana a affirmé qu’«il y a des milliers de personnes qui ne se sentent pas en sécurité, et j’en fais partie».

«Je parle des hommes et des femmes qui vont travailler tous les matins en banlieue et qui se font massacrer pour nulle autre raison que leur couleur de peau», précise-t-elle.

«Aujourd’hui, j’ai les cheveux défrisés. Quand j’ai les cheveux frisés, je ne me sens pas en sécurité face à un flic en France», insiste-t-elle. M.Besson, soutien d’Emmanuel Macron, rappelle alors que des policiers sont agressés lors de leurs interventions, certains d’entre eux étant poussés au suicide.

Mais l’actrice de Le Brio estime que ces faits ne suffisent pas pour éclipser le racisme dans la police et invite à ne pas «voir l’arbre qui cache la forêt et qui permettrait de minimiser le combat dont il est question».

Condamnation des syndicats policiers et de Castaner

Le ministre de l’Intérieur Christophe Castaner a réagi ce dimanche sur Twitter où il a partagé l’extrait de l’émission. Il condamne des propos «mensongers et honteux», lesquels «alimentent la haine et la violence».

Le syndicat Alliance a publié un communiqué dénonçant des «accusations inadmissibles envers les policiers» de racisme voire de meurtre, et a indiqué avoir saisi le procureur de la République. Celui des commissaires de la police nationale (SCPN) a exprimé sa colère sur le même réseau social, qualifiant Camélia Jordana de «nouvelle star de la bêtise» pour avoir tenu des «arguments scandaleux et calomnieux, le tout sur le service public».

L’intervention de l’artiste n’a pas non plus été bien accueillie du côté du Rassemblement national, dont le porte-parole Sébastien Chenu estime qu’elle démontre «qui sont ceux qui divisent la France et sur quels critères ils “réfléchissent“». Le député RN de Bourgogne Franche-Comté Julien Odoul a quant à lui écrit «derrière la pathétique complainte larmoyante de Camélia Jordana, on devine la haine de la France».

Lire aussi:

Les bars ne rouvriront pas avant le 1er février, selon Europe 1
Des lance-roquettes multiples US déployés en Roumanie: «un message» pour la Russie, selon Forbes
L'ancien international de rugby Christophe Dominici retrouvé mort dans les Hauts-de-Seine
Tags:
Rassemblement national (RN), Alliance Police nationale, syndicats, sécurité, accusations, racisme, violences policières, Christophe Castaner, Camélia Jordana
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook