France
URL courte
10213
S'abonner

Le député LREM de l'Ain Stéphane Trompille a été condamné pour harcèlement sexuel sur l’une de ses anciennes collaboratrices. Il nie les faits et s’apprête à faire appel.

Le conseil des prud’hommes de Bourg-en-Bresse (Ain) a condamné, le 25 mai, le député La République en marche (LREM) Stéphane Trompille pour des faits de «harcèlement sexuel sur l’une de ses anciennes collaboratrices». Les faits remontent à l’automne 2017.

«La justice a par ailleurs jugé nul le licenciement de cette jeune femme et "sans cause réelle et sérieuse" celui d’un autre collaborateur parlementaire, qui avait également engagé des démarches contre l’élu», précise Le Progrès.

M.Trompille nie les faits et a décidé de faire appel.

Elle l’accuse de propos à connotation sexuelle

La femme en question reproche à l’élu des propos écrits et oraux à connotation sexuelle dans l'exercice de ses fonctions. Ces actes auraient entraîné un arrêt maladie de la victime présumée dès janvier 2018, quelques mois seulement après avoir signé son contrat à durée indéterminée. Peu après, elle a été licenciée pour «travail insuffisant».

Un autre collaborateur du député avait témoigné en faveur de sa collègue et avait été mis à la porte à son tour, rapportait à l’époque l'antenne Auvergne Rhône-Alpes de France 3. Le député avait alors déposé une plainte pour «témoignage inexact» et «usage de faux témoignage» face à ces accusations.

Sa version des faits avait été confirmée par un collègue, qui aurait été témoin de son comportement supposément condamnable, relatait en novembre dernier le site Radioscoop.

Lire aussi:

Une explosion suivie d'un incendie dans le sud du Liban aurait fait des blessés – images
Nagui accusé d’être le responsable des mutilations de chevaux
«Deuxième vague» de coronavirus: réalité ou psychose?
Tags:
Bourg-en-Bresse, Stéphane Trompille, Ain, France, harcèlement sexuel, La République en Marche! (LREM)
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook