France
URL courte
9528
S'abonner

Alors qu'ils intervenaient pour interpeller un homme dans le cadre d'une opération antiterroriste le 26 mai à Limoges, les policiers ont défoncé la mauvaise porte, réveillant un couple âgé. Un responsable de l'opération leur a présenté ses excuses et promis un dédommagement.

Les policiers d'un groupe d'intervention ont par erreur pénétré dans l'appartement d'un couple de personnes âgées en train de dormir alors qu’ils menaient le 26 avril au matin à Limoges une opération pour interpeller un homme dans le cadre d’une enquête antiterroriste, rapporte France Bleu.

Le couple a été brutalement réveillé à six heures du matin après que les forces de l'ordre ont défoncé la porte de leur appartement, au rez-de-chaussée de l'immeuble. Selon la fille de la dame arrivée sur place après un appel de sa mère en pleine détresse, entre 15 et 20 policiers étaient présents avec un chien.

«Elle [la mère de la fille, ndlr] s'est retrouvée avec deux policiers dans sa chambre, armés et qui braquaient une lampe sur elle. Ils lui ont demandé où était son fils, mais elle a dit "je n'ai pas de fils" et ils se sont vite aperçu de leur méprise», raconte la fille.

Mauvais couloir

Il s’est avéré que le groupe d'intervention s'était engouffré dans le couloir de droite au lieu d'emprunter celui de gauche. L’opération a malgré tout pu se poursuivre.

Un responsable de la police a contacté la famille pour présenter ses excuses et promettre un dédommagement.

Un suspect interpellé

Dans le cadre de l’opération, les policiers ont finalement interpellé et placé en garde à vue pour «association de malfaiteurs terroriste» un ancien militaire de 36 ans récemment repéré sur les réseaux sociaux par la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI).

L'enquête devra déterminer si le suspect, fasciné par les tueurs de masse, était bel et bien porteur d'un projet d'action violente.

Lire aussi:

En direct: une forte explosion se produit à Madrid, au moins trois morts - vidéos
Covid-19: «si le vaccin ne fonctionne pas, on n’a pas de plan B», estime une virologue
Trump en contact avec Poutine le jour de l’assaut du Capitole? Le Kremlin répond à Hillary Clinton
Décès de patients, statistiques troublantes et pressions: faut-il s’inquiéter du vaccin de Pfizer?
Tags:
Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI), terrorisme, Limoges, France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook