France
URL courte
8120
S'abonner

Auditionné le 27 mai par des députés dans le cadre d’une commission d’enquête, l’ex-procureur de la République de Nice, Jean-Michel Prêtre, a salué l’enquête de l’IGPN sur des sources au sein de l’administration qui ont renseigné Mediapart sur une responsabilité policière dans l’affaire Legay.

Jean-Michel Prêtre, ancien procureur de Nice, a été auditionné le 27 mai par une commission d’enquête sur l’indépendance du pouvoir judiciaire au lendemain de la convocation d’une journaliste de Mediapart par l’IGPN (Inspection générale de la police nationale) qui veut identifier les sources du média dans le cadre de l’affaire Legay.

S’exprimant devant des députés au cours d’une visioconférence, le magistrat s’est dit «rassuré d’apprendre qu’une enquête est en cours sur les fuites vers la presse qui ont été constatées dans cette affaire Legay et concernant mon action de procureur de la République».

Révélations de Mediapart

Dans un article publié le 28 mars 2019, Mediapart, qui se réfère à un rapport de police écrit le jour de l’incident, dévoile que Geneviève Legay a été heurtée lors de l’acte 19 des Gilets jaunes par «un  homme portant un bouclier». Une information qui va à l’encontre des affirmations initiales d’Emmanuel Macron et du procureur de Nice selon lesquelles les forces de l'ordre n'ont pas touché la septuagénaire. À la suite de ces révélations, M.Prêtre revient sur ses propos et reconnaît qu’il y a eu «un contact direct» entre un membre des forces de l'ordre et Mme Legay.

Un policier suspendu

Un policier des Alpes-Maritimes, soupçonné d'être la source d'une journaliste de Mediapart dans l'affaire Legay, a été suspendu pour des faits de violation et recel du secret professionnel, confirme ce vendredi 29 mai à l’AFP une source au sein de la police nationale.

L’incident

Geneviève Legay, 73 ans, porte-parole d'Attac dans les Alpes-Maritimes et militante des Gilets jaunes, est hospitalisée après l'acte 19 des Gilets jaunes pour «hémorragie méningée frontale gauche, hématome occipital droit, hématome cérébelleux droit, fracture de l'os rocher droit, fracture de l'os pariétal droit, [et] fracture médico-sphénoïdale».

Selon Me Arié Alimi, l’avocat cité par Mediapart, «lorsque Madame Legay s'est réveillée à l'hôpital, le samedi 23 mars 2019, elle a indiqué que des policiers sont venus à deux reprises dans sa chambre et qu'une policière a essayé avec insistance de lui faire dire que c'était un caméraman qui l'avait bousculée, et non les forces de l'ordre».

Lire aussi:

Les bars ne rouvriront pas avant le 1er février, selon Europe 1
Des lance-roquettes multiples US déployés en Roumanie: «un message» pour la Russie, selon Forbes
L'ancien international de rugby Christophe Dominici retrouvé mort dans les Hauts-de-Seine
Pour Macron, «le pic de la seconde vague est passé», une «nouvelle étape» s'annonce
Tags:
Mediapart, gilets jaunes, Geneviève Legay, Nice
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook