France
URL courte
3855108
S'abonner

Après que George Floyd a trouvé la mort suite à son arrestation violente à Minneapolis, un boxeur français d’origine congolaise a décidé de se faire le porte-parole de la communauté noire. Ainsi, dans un tweet déjà supprimé, il s’en est pris fermement à cet acte, appelant même à l’insurrection.

Le champion olympique de boxe à Rio Tony Yoka, suspendu en 2017 pour manquement à la réglementation antidopage, a violemment condamné l’arrestation musclée de George Floyd en encourageant même les manifestants américains à l’insurrection dans un tweet qu’il a supprimé quelques heures plus tard.

​«Je ne sais pas quoi dire. Pourquoi? Qu’est-ce qu’on a fait? Ça fait des siècles que l’on se retrouve dans cette situation. Il faut connaître notre histoire. Nous étions des pharaons, des rois, notre histoire n’a pas commencé avec l’esclavage», a déploré ce sportif d’origine congolaise.
«Il faut nous protéger entre nous. […] Personne ne se lèvera pour nous. C’est à nous de faire ce qu’il faut. Peu importe ce qui se dira après ce post, brûlez tout, niq*** tout», a ensuite lâché Tony Yoka, dans ce qui semble être un appel à l’insurrection.

Il a assuré qu’il «ne reviendrait pas sur sa parole tant qu’on ne sera pas considéré comme leur semblable».

Les tensions battent leur plein aux États-Unis

Des manifestations ont éclaté dans plusieurs grandes villes américaines après le décès de l’Afro-américain George Floyd à Minneapolis, arrêté par la police qui le soupçonnait d'avoir voulu écouler un faux billet de 20 dollars. Lors de l’intervention, il a été plaqué au sol par plusieurs agents, dont l’un a maintenu son genou sur son cou pendant de longues minutes. «Je ne peux plus respirer», dit-il dans une vidéo de la scène devenue virale.

Bien que le policier responsable ait été arrêté et inculpé pour homicide involontaire, la situation reste tendue après plusieurs nuits d'affrontements non seulement à Minneapolis, mais aussi dans plusieurs autres grandes villes des États-Unis, notamment New York, Philadelphie, Los Angeles et Atlanta, placées sous couvre-feu pour tenter de calmer la colère.

Dans l’État du Minnesota, des agents en tenue anti-émeutes ont chargé dans la soirée du 30 mai les manifestants qui défiaient le couvre-feu, les repoussant avec des fumigènes et des grenades assourdissantes alors qu’à New York plus de 200 personnes ont été arrêtées après des échauffourées ayant fait plusieurs blessés au sein des forces de l'ordre.

Donald Trump, qui a dénoncé à plusieurs reprises la mort «tragique» de George Floyd, a promis le 30 mai de stopper les manifestations violentes contre les brutalités policières.

Lire aussi:

Ces pays voisins de la France où des émeutes éclatent contre le durcissement des mesures - images
Venue vider le logement de son père défunt, elle fait une découverte explosive
Trois scénarios à l'étude au sein de l'exécutif face à l'accélération de l'épidémie
Darmanin prédit des «décisions difficiles» pour lutter contre l'épidémie de Covid-19
Tags:
France, Minneapolis, États-Unis, George Floyd
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook