France
URL courte
0 030
S'abonner

La police montpelliéraine a passé une nuit mouvementée du 30 au 31 mai: un étudiant a été retrouvé mort au pied de sa résidence universitaire, un adolescent a été attaqué au couteau et un adulte a été agressé à l’arme à feu, indique Midi Libre. Plusieurs enquêtes ont été ouvertes.

Une semaine après qu’un adolescent a reçu une plaie de 20 centimètres au visage lors d’un racket à Montpellier, les policiers ont passé une nuit agitée du 30 au 31 mai, étant mobilisés pour la défenestration mortelle d’un étudiant et plusieurs agressions, relate Midi Libre.

Le corps d’un jeune de 20 ans a été retrouvé au pied d’une résidence du Crous où il vivait au 4e étage. Une enquête a été ouverte. Les forces de l’ordre privilégient la piste du suicide bien qu’elles étudient également d’autres hypothèses.

Un ado agressé

Alertés au petit matin, les secours ont pris en charge un adolescent blessé au niveau du thorax par un couteau. Le mineur a été retrouvé allongé dans la rue. Selon les enquêteurs, il s’agirait d’un règlement de comptes entre jeunes, précise le quotidien.

Une troisième enquête a par ailleurs été ouverte pour une tentative d’assassinat après qu’une personne a été retrouvée gravement blessée, elle aussi au niveau du thorax, par une arme à feu. Ce membre de la communauté des gens du voyage a été hospitalisé en soins intensifs.

Blessé lors d’un racket

Auparavant, un jeune de 15 ans avait été victime d’un racket à l’arme blanche à Montpellier. Agressé pour une sacoche et une paire de baskets, il avait été passé à tabac et avait essuyé un coup de couteau au visage. Il avait dû subir 42 points de suture pour soigner sa plaie de 20 centimètres. Sa mère a porté plainte.

Lire aussi:

Un épidémiologiste de l’Institut Pasteur met en garde la France
Cas de Covid-19 importés d’Algérie: «on donne le bâton pour se faire battre»
Certains gels hydro-alcooliques peuvent cacher un danger mortel
Tags:
agression, police, décès, homicide, Montpellier
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook