France
URL courte
21633
S'abonner

L’épidémie de Covid-19 ayant déclenché une véritable course aux masques de protection, plusieurs usines textiles, notamment dans la région Auvergne-Rhône-Alpes, se sont converties à leur fabrication, indique le journal Les Échos. Mais les commandes «s'effondrent, quand elles ne sont pas annulées».

Quelque 45 entreprises d’Auvergne-Rhône-Alpes, bastion français du textile, sont passées au cours de cette crise sanitaire à la production de masques non médicaux, à raison de 5 millions de pièces par semaine. Toutefois, aujourd’hui, cette branche commence à connaître des difficultés.

«Les commandes des collectivités locales et des entreprises s'effondrent, quand elles ne sont pas annulées face à la concurrence des produits d'importation à moindre coût», a déclaré, dans les colonnes du journal Les Échos, Pierric Chalvin, le délégué général d'Unitex, qui fédère les entreprises du secteur.

Ainsi, une dizaine d'entreprises régionales déplorent d’ores et déjà 450.000 invendus, tandis que les stocks de tissu représentent encore potentiellement 14 millions de masques.

Des machines à coudre pour 200.000 euros

Le prix joue aussi son rôle. Ainsi, le ministère de l’Économie aurait commandé 10 millions de masques lavables au Vietnam.

«On ne peut pas demander à la filière de se mobiliser et la laisser tomber deux mois plus tard», s’est indigné Pierric Chalvin.

D'autant que de nombreuses entreprises ont investi d’importantes ressources. Selon le journal, le groupe textile Boldoduc a installé une usine éphémère à Lyon en achetant pour 200.000 euros de machines à coudre et en embauchant près d'une centaine de couturières.

Lire aussi:

Ce que l’on sait de l’arme utilisée par le terroriste pour décapiter le professeur Paty
Un élève de dix ans nommé Jihad mord son enseignante devant toute sa classe dans le Val-de-Marne
Les anciens amis du terroriste de Conflans témoignent
«L'exécutif est obligé de suivre la fachosphère», regrette le recteur de la mosquée de Pantin visée par une fermeture
Tags:
entreprise, masques, France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook