France
URL courte
7944
S'abonner

Une soixantaine de gendarmes ont été mobilisés pour venir à bout d’un forcené à Pithiviers. L’homme s’était rendu armé à l’hôpital. Il a tiré sur les militaires avant de se laisser appréhender.

Un homme a tiré sur les forces de l’ordre, dans l’enceinte de l’hôpital de Pithiviers, rapporte France Bleu Centre-Val de Loire.

 Les faits se sont déroulés dans la nuit du 5 au 6 juin. Vers 4h du matin, une employée de l’hôpital a appelé les gendarmes de la brigade de Pithiviers, pour les prévenir que son compagnon se dirigeait vers l’établissement et qu’il était armé.

Arrivées sur place, les militaires ont en effet constaté la présence d’un individu menaçant qui a commencé à tirer dans leur direction, relate France Bleu.

Plusieurs coups de feu

Une soixantaine d’hommes de la brigade de Pithiviers et du PSIG (Peloton de surveillance et d’intervention de la gendarmerie) ont dû être appelés en renfort. Des coups de feu ont alors été échangés entre l’individu et les militaires, sans faire de victime, rapporte France Bleu.

La situation s’est ensuite figée, entre 4h20 et 6h40 du matin. Le forcené, retranché sur le parking de l’hôpital, a fait plusieurs allers-retours entre l'entrée des urgences et les grilles extérieures de l'hôpital, sans pour autant s’introduire à l’intérieur des bâtiments. Il a fini par se rendre après des négociations, alors que le GIGN était en route pour offrir son soutien.

Les motivations du tireur restent floues. Le procureur de la République Céline Visiedo a cependant indiqué qu’il était en possession de plusieurs armes de poing. Une enquête a été ouverte pour faire la lumière sur les faits, et une cellule de soutien psychologique a été mise en place auprès du personnel de l’hôpital, rapporte France Bleu.

Lire aussi:

Paris appelle les pays du Moyen-Orient à renoncer au boycott des produits français
Le seuil des 52.000 nouveaux cas journaliers de Covid-19 dépassé en France
L'évacuation policière de la terrasse d’un bar parisien fait polémique – vidéo
Netflix enregistre 800% de désabonnements en plus depuis septembre à cause des «Mignonnes»
Tags:
arme à feu, GIGN, gendarmes, hôpital
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook