France
URL courte
20230
S'abonner

Même en ne prenant pas publiquement la parole au sujet des nombreuses manifestations contre le racisme et les violences policières organisées en France, Emmanuel Macron s’est entretenu tout au long du week-end avec un certain nombre d'interlocuteurs en vue de travailler sur la question.

Après que des dizaines de milliers de Français se sont réunis dans le pays début juin pour dénoncer le racisme et les violences policières, Emmanuel Macron a souhaité «se saisir du sujet». 

Selon l'Élysée, le chef de l'État a notamment rencontré des élus, des représentants de la société civile, des associations politiques, de la ville mais aussi du logement, ainsi que le Premier ministre, le ministre de l'Intérieur et les autres ministres compétents.

Au cours du week-end, M. Macron a ainsi demandé à Christophe Castaner de «reprendre le travail engagé en janvier dernier sur l'amélioration de la déontologie des forces de l'ordre, afin de le faire aboutir». 

Auparavant, l’Élysée avait confirmé à BFM TV que le Président ne souhaitait pas réagir publiquement mais suivait la situation de très près.

Les manifestations contre les violences policières

Après les rassemblements du 2 mai qui ont réuni plusieurs milliers de personnes devant le tribunal de Paris à l'appel du collectif de soutien à la famille d'Adama Traoré, le préfet de police Didier Lallement a interdit le rassemblement prévu le 6 juin sur l'esplanade du Champ-de-Mars, ainsi que deux autres devant l'ambassade des États-Unis en hommage à George Floyd.

Cependant, malgré cette interdiction, 23.300 personnes, dont 5.500 à Paris, sont descendues dans les rues pour protester contre les violences policières.

Lire aussi:

«Une catastrophe pour la France»: un chef des urgences évoque un possible reconfinement
Plusieurs explosions entendues à Minsk
Un couple de sexagénaires agresse une caissière qui leur demande de porter un masque dans les Vosges
La police marocaine attaquée en tentant d’arrêter un trafiquant présumé, 20 kg d’or saisis - photos
Tags:
Christophe Castaner, racisme, violences policières, Emmanuel Macron, France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook