France
URL courte
1513
S'abonner

L’édition 2020 de Koh-Lanta a été remportée par Naoil Tita, à qui est promis la somme de 100.000 euros. Sauf que le montant est imposable, puisqu’il n’est pas considéré comme issu d’un jeu tel que la loterie. Qu’en est-il réellement?

Vendredi 5 juin, la saison 21 de l’émission Koh-Lanta, «l’île des héros», s’est clôturée par la victoire de Naoil Tita, ancienne boxeuse de 39 ans et future maman. Elle remporte donc la somme de 100.000 euros, mais la question de l’imposition persiste. Dans l’émission «C que du kif» du lundi 8 juin sur C8, la chroniqueuse Valérie Benaïm a affirmé que la candidate devrait en reverser une partie au fisc français.

«Elle remporte officiellement 100.000 euros, sauf que ce n'est pas comme les candidats de jeu, ils sont considérés comme des candidats de télé-réalité», a-t-elle expliqué. «Elle va devoir les déclarer au fisc», a-t-elle ajouté, estimant que le montant à rendre était compris entre 20 et 25.000 euros.

Les participants signent un contrat de travail, incluant leur «salaire» brut par jour, leur prime de confidentialité et les gains à l’issue de l’aventure. Tous ces montants sont donc imposables, car ils diffèrent des gains au loto ou des jeux d’argent.

Naoil Tita va donc bel et bien devoir reverser une partie de l’argent au fisc, mais elle va tout de même toucher les 100.000 euros promis, assure TV Mag (Le Figaro), citant une information de Adventure Line Productions. En effet, depuis 2018, la production verse un chèque supérieur à cette somme en tenant compte de son imposition.

Une saison particulière

La dernière saison de Koh-Lanta, qui rassemblait à la fois des anciens et des nouveaux candidats, a pris une tournure particulière à plusieurs égards. Pour la première fois, un candidat a volontairement mis son équipe en difficulté en choisissant d’éteindre le feu qu’il avait lui-même mis trois jours à allumer. L’extrait avait été partagé sur les réseaux sociaux et avait contribué aux excellents scores d’audience de la suite de la saison.

Mais un tel succès a eu ses mauvais côtés. Après l’élimination de Claude, particulièrement apprécié du public, dans l’épisode du 24 avril, d’autres participants ont reçu des menaces de mort de la part d’internautes restés anonymes. La société de production a dès lors annoncé avoir saisi le procureur de la République de Paris, une décision soutenue par l’animateur phare de l’émission, Denis Brogniart.

La gagnante est d’ailleurs bien consciente que les téléspectateurs ne voulaient pas la voir gagner. «C'est normal que les gens soient déçus. Ils se sont tellement mis en tête que Claude était au-dessus de tout le monde, qu'il allait gagner et que personne ne pouvait rivaliser avec lui. Ça a été un choc et une déception pour eux», a-t-elle confié auprès de Téléstar. «Or, c'est un jeu. Je n'ai pas pris le risque de voir les 100.000 euros me passer sous le nez».

Lire aussi:

Une voiture a percuté la grille d’entrée de la chancellerie d’Angela Merkel à Berlin - photos, vidéo
Il faut mettre les migrants «dans des avions pour les renvoyer chez eux» plutôt que de les disperser, estime Zemmour
Des lance-roquettes multiples US déployés en Roumanie: «un message» pour la Russie, selon Forbes
Les bars ne rouvriront pas avant le 1er février, selon Europe 1
Tags:
candidats, impôt, survivalisme, vainqueur, fisc, gain, téléréalité
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook