France
URL courte
297216
S'abonner

Alors que le mouvement dans l’Hexagone contre les violences policières ne cesse de grandir, la députée LR Virginie Duby-Muller a défendu le 9 juin à l’Assemblée nationale la police «face à ceux qui détestent la France».

À l’Assemblée nationale, la conseillère départementale de Haute-Savoie et députée LR Virginie Duby-Muller a commenté la situation autour du mouvement dénonçant les violences policières dans l’Hexagone.

Elle a notamment pris la défense de la police «face à ceux qui détestent la France».

«Monsieur le Premier ministre, il est indispensable de lutter contre toutes les formes de racisme où qu’elles sévissent. Mais il est impensable de laisser accuser l'État et la police de racisme, de laisser américaniser la France alors que notre Histoire n’a rien de comparable. Face à ceux qui détestent la France, heureusement, nous sommes encore beaucoup à l’aimer et à vouloir la défendre.»

«Dictature de l’émotion»

Mme Duby-Muller a également indiqué que «contre la menace terroriste», «dans les mouvements sociaux», les «forces de l’ordre ont toujours été là».

En s’adressant à Édouard Philippe, elle a prévenu que la «dictature de l’émotion» ne doit «pas faire oublier leur travail».

«Êtes-vous de ceux qui défendent les forces de l’ordre, ou de ceux qui veulent les mettre à genoux?», a-t-elle d’ailleurs demandé au gouvernement en se référant aux dires de Christophe Castaner.

«Parfaitement à l’aise»

Interrogé sur le plateau de BFM TV le 9 juin, le ministre de l’Intérieur avait annoncé qu’il serait «parfaitement à l’aise» à l'idée de poser un genou à terre en hommage aux victimes de violences policières. Ce geste est devenu un symbole des manifestations à travers le monde provoquées par la mort de l’Afro-Américain George Floyd.

M.Castaner a également commenté la manifestation contre le racisme prévue le 9 juin à Paris. Il a rappelé qu’elle n'était pas autorisée en raison des règles de déconfinement en vigueur, avant de confier qu’il n’y aurait ni sanction ni procès-verbal contre les participations. En effet, les rassemblements de plus de 10 personnes sont toujours interdits.

Lire aussi:

Marine Le Pen dévoile le nom de son ministre de la Justice en cas de victoire en 2022
L’UE réagit aux sanctions contre l’Iran rétablies unilatéralement par les États-Unis
Des policiers visent la foule lors d’un contrôle de masque qui dégénère à Paris - vidéo
Tags:
police, George Floyd, Assemblée nationale, violences policières, France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook