France
URL courte
1201
S'abonner

Après la diffusion d'une vidéo montrant un gendarme noir traité de «sale vendu» lors d'un rassemblement à Paris, le directeur général de la gendarmerie nationale (DGGN), Christian Rodriguez, a décidé de saisir la justice.

Le directeur général de la gendarmerie nationale (DGGN), Christian Rodriguez, a décidé de saisir la justice après qu’un gendarme noir a été traité de «sale vendu» lors d’une manifestation contre les violences policières, a appris l'AFP mercredi auprès de la gendarmerie nationale.

Dans une vidéo diffusée dans l’émission «Quotidien» de TMC, tournée le week-end dernier lors du rassemblement organisé sur le Champ de Mars à Paris, une manifestante interpelle un gendarme noir: «Vendu, sale vendu», crie-t-elle. Le militaire, qui porte un bouclier, reste impassible.

Le DGGN a décidé de saisir la justice, via l’article 40 du code de procédure pénale, afin qu’une enquête soit engagée, a expliqué à l’AFP la gendarmerie.

«Jugeant inacceptables les propos racistes prononcés à l’encontre d’un gendarme, refusant qu’on puisse suggérer l’idée qu’une personne de couleur ne peut pas embrasser la vocation du service et de la protection de la population, le DGGN saisit la justice dans un article 40», a écrit dans un tweet la porte-parole de la gendarmerie nationale, Maddy Scheurer.

L’article 40 impose à «toute autorité constituée, tout officier public ou fonctionnaire qui, dans l’exercice de ses fonctions, acquiert la connaissance d’un crime ou d’un délit», «d’en donner avis sans délai au procureur de la République».

Pas une première

La semaine dernière, le préfet de police de Paris Didier Lallement avait fait de même après qu’un policier noir avait été insulté de la même manière lors de la manifestation du comité Traoré devant le palais de justice de Paris. Le policier avait décidé de déposer plainte.

La mort aux Etats-Unis de George Floyd lors d’une arrestation a ravivé en France la controverse sur le décès en 2016 d’Adama Traoré après une interpellation par des gendarmes, ainsi que les accusations de violences et de racisme contre les forces de l’ordre.

Lire aussi:

Pfizer n'est «pas certain» que son vaccin stoppe la transmission du Covid-19
Traversée de l’Algérie avec un âne: le challenge qui passe mal sur les réseaux sociaux
Bill Clinton se fait masser par une accusatrice de Jeffrey Epstein sur des clichés de 2002 – photos
Une «violente altercation» éclate entre deux avocats lors du procès Sarkozy, l’audience suspendue
Tags:
gendarmerie, racisme, manifestation, Paris
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook