France
URL courte
282350
S'abonner

Des brigades de marins-pompiers et de sapeurs-pompiers sont intervenues pour combattre un incendie qui s'est déclaré à bord d'un sous-marin nucléaire de l'armée française à la base navale de Toulon, a déclaré la préfecture maritime de Méditerranée.

Un incendie s'est déclaré vendredi 12 juin à bord du sous-marin nucléaire français SNA Perle de classe Rubis alors qu'il était en révision à la base navale de Toulon, dans le Var, a annoncé la préfecture maritime de Méditerranée.

«Ce jour le 12 juin, à 10h35, un incendie s'est déclaré en zone avant du sous-marin d'attaque Perle, au bassin en zone Missiessy, au sein de la base navale de Toulon. L'intervention des équipes spécialisées, composées de marins-pompiers de la base navale, est en cours», a indiqué la préfecture maritime.

​Le bâtiment a été évacué, personne n'a été blessé, précise la préfecture.​​

​L’administration a en outre précisé que les fumées provoquées par l'incendie à bord n'étaient pas radioactives.

​Le submersible ne contenait pas de combustible nucléaire, «celui-ci ayant été retiré dans le cadre de l'arrêt technique», ni d'armes (missiles, torpilles ou munitions), selon le communiqué.

L'arrêt technique du sous-marin a été initié le 13 janvier. La Perle est sous la responsabilité du Service de soutien de la Flotte (SSF), qui en est l'exploitant. Le maître d'œuvre des travaux, Naval Group, répond de la mise en œuvre opératoire, précise la préfecture.

«Il s’agit du 19e et dernier chantier d’IPER (interruption pour entretien et réparations) pour un SNA de type Rubis», souligne le communiqué.

Le SNA Perle

Le sous-marin nucléaire d'attaque Perle est en service depuis 1993. C'est le dernier exemplaire d'une série de six sous-marins construits par Naval Group.

Selon le ministère français des Armées, il est conçu pour naviguer 220 jours par an. Deux équipages de 70 hommes (8 officiers, 52 officiers mariniers et 8 quartiers-maîtres et matelots) sont nécessaires pour armer chaque sous-marin nucléaire d'attaque.

Lire aussi:

«Danger pour la France», «guerre d’influence»: Jordan Bardella dézingue la Turquie d’Erdogan
Le centre d'enrichissement de Natanz touché par un acte «terroriste antinucléaire», selon Téhéran
Quand Erdogan dit ce que Zelensky veut entendre: des politiques criméens commentent le soutien turc
Tags:
France, incendie, Toulon, sous-marin
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook