France
URL courte
21644
S'abonner

Laurent Nunez promet une réponse ferme aux violences à Dijon en annonçant sa décision de déployer 150 membres des forces de l’ordre dans la ville pour renforcer le dispositif sur le terrain.

En réponse à la polémique sur le manque de forces de l’ordre à Dijon, Laurent Nunez annonce le déploiement de 150 agents dans le cadre des tensions qui touchent la ville ces derniers temps.

Alors que, pour la quatrième soirée consécutive, la ville de Dijon est secouée par des violences et tensions entre des dizaines de personnes cagoulées et armées, le secrétaire d’État à l’Intérieur a rassuré ce mardi que la réponse «sera extrêmement ferme et ce dispositif sera maintenu», fait savoir BFM TV.

En déplacement à Dijon ce mardi matin, Laurent Nunez s’est entretenu avec les autorités locales. Il s’est rendu à la préfecture de Côte-d'Or pour un point de situation avec le préfet, Bernard Schmeltz. Ensuite, le secrétaire d'État a échangé avec les forces de l'ordre au commissariat de Dijon.

Les violences prennent de l’ampleur à Dijon

Auparavant, une centaine d’individus armés de barres de fer, de couteaux et de battes de baseball s’étaient rassemblés dans le centre-ville de Dijon. Ils s’en étaient pris à un bar à chicha avant d’être dispersés par la BAC et la Brigade spécialisée de terrain (BST).

Les violences dans la ville se sont produites après l’agression d’un jeune homme de 16 ans par des dealers. Un groupe d’origine tchétchène a voulu agir en représailles, selon un représentant de la communauté qui l’avait expliqué à France 3. Ces dealers seraient d’origine maghrébine, raison pour laquelle des discussions se sont tenues entre les dirigeants des deux communautés, pour tenter «d’apaiser les tensions», avait rajouté la source.

Lire aussi:

L’essayiste Soral condamné à payer 134.400 euros à la Licra
La démission du Premier ministre «est une trahison collective des partis libanais», selon l’entourage de Macron
Vidéo des dernières secondes avant le crash de l’avion de transport militaire An-26
Nouvelle taxe sur les voitures: les automobilistes en sursis?
Tags:
violences, France, Dijon
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook