France
URL courte
4219323
S'abonner

En réponse aux violences qui secouent Dijon depuis plusieurs jours, Emmanuel Macron a demandé au ministère de l’Intérieur d’expulser les étrangers qui ont ou seront interpellés en lien avec celles-ci, relate en exclusivité LCI en citant l’Élysée.

L’Élysée a demandé au ministère de l’Intérieur d’expulser de l’Hexagone les étrangers ayant participé aux violences à Dijon pendant ces quatre derniers jours, selon les informations exclusives de LCI.

Comme le précise le quotidien, Emmanuel Macron a chargé le ministère de l’Intérieur de se charger des étrangers qui ont ou seront interpellés en lien avec les troubles.

L’Élysée a par ailleurs souligné que les procédures administratives seraient respectées. Certains des Tchétchènes interpellés sont des réfugiés, précise LCI.

Tensions à Dijon

Depuis le weekend dernier, Dijon fait face à des violences suite à l’agression d’un adolescent tchétchène. Une centaine d’individus armés appartenant pour la plupart à cette communauté ont envahi les rues dans la nuit du 12 au 13 juin. Des dégâts matériels ont été constatés.

Les rassemblements ont continué les jours suivants dans le centre-ville, puis dans le quartier des Grésilles dans le cadre d'un apparent règlement de comptes.

Enfin, des dizaines de personnes armées de barres de fer et d'armes de poing se sont réunies le 15 juin aux Grésilles. Des gendarmes mobiles, des CRS, des renforts de la BAC et du RAID ont réussi à les disperser vers 22h00. Les personnes arrêtées n'appartenaient pas à la communauté tchétchène contrairement aux trois jours derniers, selon le préfet Schmeltz.

En réponse à la polémique sur le manque de forces de l’ordre à Dijon, Laurent Nunez a annoncé le déploiement de 150 agents. Au micro de BFM TV, le secrétaire d’État à l’Intérieur a assuré que la réponse «serait extrêmement ferme et que ce dispositif serait maintenu»
 

Lire aussi:

Combats sanglants dans l’Himalaya: «l’armée indienne ne fait vraiment pas le poids face à l’armée chinoise»
Ces 11 pays qui n’ont toujours pas de cas déclarés de coronavirus depuis le début de la pandémie
L’Allemagne installera des soldats en France, Paris parle de «révolution»
Covid-19: Quand la cheffe de file de la gauche marocaine verse dans le complotisme décomplexé
Tags:
violences, palais de l'Élysée, Emmanuel Macron, Dijon
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook