France
URL courte
2163
S'abonner

Des enquêteurs toulousains ont récemment mis la main sur un délinquant en analysant la paire de lunettes qu’il avait fait tomber quelques mois plus tôt. Le mineur de 15 ans, déjà connu pour des faits précédents, sera jugé en septembre.

Un détail anodin a permis aux enquêteurs de retrouver un délinquant. Les faits remontent au 7 octobre 2019, lorsqu’une personne s’est fait voler son téléphone par deux individus sur une motocyclette dans le quartier toulousain de la Daurade, rapporte 20 Minutes.

Un témoin est intervenu et a fait tomber l’un des voleurs, celui-ci a pris la fuite mais a laissé ses lunettes sur place. La victime les a ensuite rapportées au commissariat. Après analyse de la monture, les enquêteurs ont pu retrouver le profil génétique de son propriétaire. Ils ont identifié un mineur de 15 ans et l’ont convoqué.

L’adolescent, déjà connu de la police, a reconnu les faits, selon les informations du quotidien. Il n’a pas souhaité dénoncer son complice, le conducteur de la motocyclette. Il passera devant un tribunal en septembre prochain.

Un nom de brigade étonnant

Les enquêteurs qui ont retrouvé le suspect font partie de la «brigade de répression de la délinquance astucieuse», précise 20 Minutes. Un nom qui interpelle, mais qui ne signifie pas pour autant une mise en valeur positive de la méthode utilisée.

Comme le précise à Libération Bruno Dewaele, champion du monde d’orthographe en 1992, le terme «astucieux» est utilisé dans son sens d’origine, péjoratif. Au XIXe siècle, il désignait un «moyen pour tromper» avant d’être davantage utilisé plus tard comme «une invention ingénieuse».

 

Lire aussi:

Une rixe entre militaires et policiers se termine par deux blessés et trois gardes à vue
Des policiers visent la foule lors d’un contrôle de masque qui dégénère à Paris - vidéo
Assassinat du général Soleimani: Téhéran dévoile ceux qui seront ciblés par vengeance
Tags:
délinquance, Toulouse, analyse, enquête, voleurs, lunettes
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook