France
URL courte
7548
S'abonner

Arnaud de Courson, candidat à Levallois-Perret soutenu par LREM, a fait preuve d’un humour douteux en commentant la photo de sa rivale Agnès Pottier-Dumas (LR) et en transmettant le tout par erreur à une militante de celle-ci. La candidate de la droite a fermement condamné ces «actes extrêmement graves».

La tension monte à Levallois-Perret à quelques jours du second tour des municipales, où le successeur de Patrick Balkany doit être désigné. Arnaud de Courson, conseiller départemental des Hauts-de-Seine, s’est retrouvé dans la tourmente en commentant un cliché de sa rivale Agnès Pottier-Dumas (Les Républicains), accompagnée de son colistier David-Xavier Weiss, laquelle tendait son bras vers le haut.

«Weiss et le salut nazi?», a-t-il commenté dans un message privé sur WhatsApp, qu’il a envoyé par erreur à une militante de Mme Pottier-Dumas.

Celle-ci a fait part à la candidate LR de ce commentaire douteux, laquelle a réagi avec véhémence sur Facebook, dénonçant des «actes extrêmement graves».

«Durant toute cette campagne, je n’ai répondu ni réagi aux attaques, à la diffamation et aux mensonges car, justement, je souhaitais une image digne et exemplaire de la vie politique. Mais, aujourd’hui, la ligne rouge a été franchie et je ne l’accepte pas», a-t-elle écrit le 18 juin sur le réseau social.

«Polémiques montées de toutes pièces»

M.Courson, qui a fusionné avec la liste de Maud Bregeon (LREM) et qui est donc désormais soutenu par le parti de la majorité, a tenu à couper court aux polémiques qu’il estime «montées de toutes pièces». Il explique dans un communiqué qu’il souhaitait envoyer l’image à son directeur de campagne mais qu’il a commis une erreur au moment de sélectionner le destinataire.

«Je n’ai jamais souscrit à ce type de campagne de dénigrement, surtout lorsqu’elle comporte des insinuations nauséabondes», se justifie-t-il, ajoutant que son «intention était d’empêcher la diffusion de ce détournement d’image».

Les hostilités sont vraisemblablement lancées pour le second tour. Les électeurs de Levallois-Perret devront faire le choix entre trois listes le 28 juin: celle de la majorité municipale sortante LR-UDI, auparavant soutenue par le couple Balkany et désormais représentée par Agnès Pottier-Dumas, celle d’Arnaud de Courson et de Maud Bregeon (LREM) et la dernière de Lies Messatfa (Mouvement radical).

Lire aussi:

Ces 11 pays qui n’ont toujours pas de cas déclarés de coronavirus depuis le début de la pandémie
L’Allemagne installera des soldats en France, Paris parle de «révolution»
Covid-19: Quand la cheffe de file de la gauche marocaine verse dans le complotisme décomplexé
Tags:
polémique, dénonciation, WhatsApp, blague, salut nazi, élections municipales en France (2020), Levallois-Perret
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook