France
URL courte
12154
S'abonner

La députée LREM Lætitia Avia a mis à contribution ses assistants parlementaires durant la campagne municipale, selon Mediapart. Elle a également utilisé sa permanence parlementaire à cette fin, à en croire le site d’actualités. Des pratiques illégales qui pourraient lui coûter cher.

La députée LREM Lætitia Avia a utilisé ses ressources parlementaires dans l’intérêt de la campagne municipale à Paris, rapporte Mediapart ce lundi 22 juin. 

L’élue a en particulier délégué ses assistants parlementaires pour travailler avec Benjamin Griveaux, alors candidat à Paris, puis avec Christine Mounau, pressentie pour être la tête de liste LREM aux municipales du 12e arrondissement, croit savoir le média.

Plusieurs réunions concernant les municipales ont également eu lieu dans sa permanence parlementaire, au mépris du code électoral, d’après Mediapart.

«À partir de janvier, j’ai du mal à distinguer campagne et travail parlementaire. Je passais beaucoup de temps à organiser les déplacements ou à faire des notes. J’ai alerté plusieurs collaborateurs et des militants, mais Avia ne m’écoutait pas. Mes collègues et moi avions vraiment peur […]», explique Sophie, l’une des assistantes parlementaires de la députée, à Mediapart.

«Elle s’en fichait»

Dans les couloirs de l’Assemblée, les collaborateurs d’autres députés semblaient être au courant de ces pratiques. 

Des photos des assistants parlementaires pris en faute ont même circulé, avec la mention «à envoyer à Hidalgo» (rivale de Benjamin Griveaux aux municipales), selon Mediapart.

Certains de ses assistants ont eux-mêmes tenté de mettre en garde Lætitia Avia contre ces dérives, mais sans succès.

«Alors, rapidement, on a dit à Laetita Avia qu’elle ne pouvait pas nous demander ce travail. Mais elle s’en fichait en nous répondant qu’elle savait ce qu’elle faisait, étant avocate de formation», explique encore Sophie à Mediapart.

Vers une invalidation des comptes de campagne?

Si les faits sont avérés, Lætitia Avia et la liste LREM du 13e arrondissement pourraient risquer gros, et voir leurs comptes de campagne invalidés. En effet, ces pratiques sont illégales, comme le précise la Commission nationale des comptes de campagne à Mediapart.

«Lorsqu’un candidat, tête de liste ou colistier, utilise l’argent d’une personne morale, en l’occurrence celui de l’Assemblée pour faire campagne, c’est interdit et la règle est le rejet de ses comptes de campagne», explique l’institution au site d’actualités.

Contactée par Mediapart, Lætitia Avia a refusé de répondre, mais dément catégoriquement les accusations, dans une lettre envoyée au média par son avocat. Benjamin Griveaux n’a pas non plus daigné répondre.

Lire aussi:

«Il y a un risque de guerre civile» en France, prévient l'ancien chef d'État-Major des armées Pierre de Villiers
Vitres brisées, tags, menaces: des mosquées ciblées à Bordeaux et Béziers - images
Une enseignante menacée par ses élèves à Toulouse pour avoir abordé le port du voile en France
Tags:
Benjamin Griveaux, Anne Hidalgo, élections municipales en France (2020), députés, Laetitia Avia
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook