France
URL courte
25640
S'abonner

Un reportage de France 2 a révélé un vaste trafic de déchets entre la Belgique et la France ayant pu rapporter une fortune à son cerveau. Des habitants de Lorraine en ont retrouvés jusqu’à 500 tonnes déversées illégalement. Une enquête a été ouverte par le parquet de Lille et une autre du côté belge.

Une dizaine de villages lorrains ont été souillés par des déchets exportés illégalement peu avant le confinement, rapporte France Info, dont l’équipe de «L’œil du 20 heures» a mené l’enquête. Elle a révélé un «trafic international» de déchets qui trouve son origine en Belgique, dont toutes les parties interrogées s’estiment victimes.

«C’est une mafia qui gère ce genre de choses», estime auprès de la chaîne Jacques Marteau, maire de Haucourt-Moulaine.

Dans sa commune, près de 500 tonnes de gravats mêlés à des déchets ménagers ont été déversées. De grandes quantités ont également été retrouvées dans des communes à proximité de la frontière belge.

Les habitants de Rédange, en Moselle, ont remarqué le va-et-vient de plusieurs camions immatriculés en Belgique et qui ont déposé jusqu’à 200 tonnes de déchets dans leur commune en quelques semaines. Leur enquête les a menés vers la société de transport Jost, laquelle a été contactée par France Info.

«Nous nous considérons comme victimes au même titre que les communes qui ont été touchées», a déclaré la porte-parole du groupe, Véronique Hustin, affirmant que l’entreprise avait déposé plainte.

Dans un communiqué auquel Sputnik a eu accès, Jost Group a «déploré ces actes et une fois de plus présenté ses excuses aux populations touchées» par les déversements. Pour la société, qui aspire à la transparence, «la responsabilité incombe entièrement au pollueur, la société commanditaire Mondial Services».

«La logistique des transports de déchets se complexifie et il est primordial pour Jost Group de respecter le cadre réglementaire et d’assurer la protection de l’environnement contre les effets préjudiciables causés par les décharges illégales», est-il souligné.

Tous les déchets venaient d’une même déchetterie belge, dont le gérant rejette également toute responsabilité. «Nous avons payé 108 euros la tonne pour nous débarrasser de ces déchets. Ils nous ont dit qu’ils comptaient en recycler une partie et que le reste irait dans différents endroits en France», a-t-il assuré.

Usage de faux documents

Cette même déchetterie a alors montré des bons de livraison à destination d’un centre de tri en France, Éco Déchets, dont le siège est à Lyon. «C’est un faux!», s’est exclamé le patron de cette entreprise à la vue des documents, ajoutant qu’il allait porter plainte. Le logo était similaire, mais il manquait notamment le numéro SIRET, censé identifier l’existence légale de l’entreprise.

L’enquête de France Info s’est alors tournée vers l’intermédiaire entre le transporteur et la déchetterie. Si celui-ci a avoué la falsification des bons de livraison, il a nié être l’initiateur de ce trafic illégal. «Il y a eu quelqu’un sur place, je donnerai les noms à la justice», a-t-il répondu. L’homme aurait néanmoins personnellement touché jusqu’à 220.000 euros pour ces dépôts sauvages.

Alors que ces tonnes de déchets se trouvent toujours en Lorraine, le parquet de Lille a ouvert une enquête judiciaire pour «escroquerie en bande organisée» et «association de malfaiteurs». Une autre enquête est en cours en Belgique.

Lire aussi:

Trump réagit à la fracture du pied de Biden
Joe Biden se fracture le pied en jouant avec son chien - images
Deux doigts d’honneur d’un policier français capturés par Google Maps - images
Tags:
pollution, Belgique, Lorraine, enquête, trafic, déchets
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook