France
URL courte
361103
S'abonner

Suite aux propos polémiques du professeur Christian Perronne sur les médecins anti-chloroquine, le Conseil national de l'Ordre des médecins s'est saisi de son cas et l’Assistance publique - Hôpitaux de Paris a saisi ses instances de déontologie.

Le Conseil national de l'Ordre des médecins s'est saisi du cas du professeur Christian Perronne, spécialiste des maladies infectieuses favorable à l'hydroxychloroquine, en raison de propos controversés mettant en cause d'autres médecins, a-t-il annoncé jeudi 25 juin.

«Alerté par les propos tenus par le professeur Christian Perronne, le Conseil national a saisi le Conseil départemental de l'Ordre des Hauts-de-Seine», dont dépend ce médecin en tant que chef du service des maladies infectieuses de l'hôpital de Garches, a indiqué le Conseil national de l'Ordre (CNOM) sur Twitter.

Le Conseil départemental de l'Ordre des Hauts-de-Seine doit désormais «instruire le dossier» et «informer le CNOM des suites données», a poursuivi ce dernier, confirmant une information du Figaro.

Auparavant, une pétition avait été lancée pour demander au Conseil de l'Ordre de condamner des propos du professeur Perronne.

La saisine de l’AP-HP

L'Assistance publique - Hôpitaux de Paris (AP-HP) a saisi ses instances déontologiques au sujet du professeur Perronne, selon un courrier dont l'AFP a obtenu copie.

Dans cette lettre de saisine datée du mercredi 24 juin, le directeur général de l'AP-HP, Martin Hirsch, demande à son collège de déontologie de donner un avis «avant la fin du mois de juillet».

La question est de savoir «s'il peut y avoir des manquements à des obligations d'ordre déontologique [...] dans un cas de figure où des propos sont tenus avec l'autorité conférée à une fonction de responsabilité dans un hôpital public universitaire».

La lettre de l'AP-HP dont l'AFP a obtenu copie pointe notamment «l'accusation portée à l'égard d'une autre équipe hospitalière extérieure à l'AP-HP d'avoir "laissé crever" un patient, en l'occurrence le beau-frère de l'intéressé, au motif que ne lui aurait pas été délivré un traitement, préconisé par l'auteur comme ayant fait ses preuves, alors que cette efficacité n'est pas établie».

Défense de l'hydroxychloroquine

En pleine promotion de son livre sur la gestion de la crise du Covid-19, «Y a-t-il une erreur qu'ILS n'ont pas commise», Christian Perronne a notamment affirmé que l'hydroxychloroquine, traitement promu par le professeur Didier Raoult, aurait permis d'éviter 25.000 morts si elle avait été prescrite largement en France.

Dans une autre interview télévisée, il a également accusé des médecins du CHU de Nantes d'avoir «laissé crever [son] beau-frère» en refusant de lui prescrire ce traitement.

Formellement, le CNOM n'a pas porté plainte lui-même devant ses instances disciplinaires contre le professeur Perronne, car il aurait fallu pour cela qu'il soit réuni en session plénière, ce qui n'arrivera pas avant septembre, a-t-il précisé à l'AFP.

À défaut, il a demandé au Conseil départemental des Hauts-de-Seine de se saisir de ce dossier. C'est lui qui pourra décider de porter plainte contre le professeur Perronne devant les instances disciplinaires s'il le juge nécessaire.

Lire aussi:

Il refuse de donner une cigarette, sa mère se fait tuer en prenant sa défense dans la Drôme
Erdogan appelle les Turcs à boycotter les produits français et assure que Macron doit aller chez le psychiatre
Un contrôle du couvre-feu tourne mal dans la Loire
«Rien ne nous fera reculer, jamais»: Macron fait montre de fermeté suite aux appels au boycott et aux propos d’Erdogan
Tags:
saisine, hydroxychloroquine, Christian Perronne
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook