France
URL courte
31467
S'abonner

Datant de 1950, une statue de Notre Dame de Sumène, près de Nîmes, est devenue la victime de vandales. Elle a été détruite à l’aide d’une grosse pierre.

Après plusieurs actes de profanation de cimetières chrétiens, une statue de la Vierge Marie qui se trouvait au bord de la route de Sumène (Gard) a été retrouvée détruite mardi 23 juin, rapporte Midi Libre.

Selon le média, ses morceaux jonchaient le sol de même que la pierre qui aurait été utilisée pour la détruire.

Les motivation de cet acte restent inconnues. Une enquête a été ouverte. Ghislain Pallier, le maire de la commune, a porté plainte.

Statue des années 50

Un marbrier d’une ville voisine a déjà proposé de la réparer.

Installée entre deux départementales après la guerre, en 1950, la statue représentait «un guide» pour les voyageurs et voulait les préserver des routes dangereuses, explique France 3 Régions.

Un nouvel acte de vandalisme

Cette dégradation intervient quelques semaines après la profanation de la Croix du pic Saint-Loup, située à une vingtaine de kilomètres de Montpellier. Cet emblème du Languedoc, juché à 658 mètres d’altitude, a été mis à bas et recouvert d’inscriptions en rouge évoquant la laïcité et la sorcellerie.

Lire aussi:

En continu: Erevan affirme qu'un de ses avions a été abattu par un F-16 turc, la Turquie dément
«C’est la guerre au Haut-Karabakh» et elle engage un grand nombre de militaires, déclare l’Arménie
«Volonté de punir»: Macron multiplie les assassinats à l’étranger, assure une nouvelle enquête
La Turquie se déclare prête à aider l'Azerbaïdjan sur le champ de bataille
Tags:
profanation, statue, vandalisme
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook