France
URL courte
111419
S'abonner

La ville de La Roche-sur-Yon a porté plainte après qu’une statue de l’Empereur des Français a été recouverte de peinture rouge dans la nuit du 25 au 26 juin. Un acte, qui fait suite à de nombreux autres du même genre, contre lequel la ville a porté plainte.

La statue équestre de Napoléon érigée dans le centre-ville de La Roche-sur-Yon, en Vendée, a été souillée de peinture rouge dans la nuit de jeudi à vendredi.

La police a procédé à des prélèvements pour essayer de retrouver ceux qui se sont livrés à cet acte de vandalisme, a précisé Ouest-France.

La statue a été ensuite nettoyée par les services de la ville.

Selon un témoin, les faits auraient eu lieu vers 2h45, a ajouté le journal.

Déposition de plainte

La ville a fermement condamné les actes de vandalisme contre la statue.

Toujours selon Ouest-France, la municipalité a porté plainte pour la dégradation de la statue haute de plus de neuf mètres, inaugurée en 1854 et classée monument historique.

Les dégradations de statues semblent devenir monnaie courante ces derniers temps. Ainsi, un buste de Charles de Gaulle a été récemment dégradé dans la commune de Hautmont, dans les Hauts-de-France, tandis qu’une statue du général avait été aspergée de peinture jaune le 13 juin en Seine-Saint-Denis.

Par ailleurs, un pot de peinture blanche avait été déversé deux jours plus tôt sur la statue pour l’abolition de l’esclavage à Pau, dans le Béarn avec l’inscription «White Lives Matter», détournant le slogan du mouvement actuel de lutte contre le racisme.

Lire aussi:

«La lutte contre l’islamisme radical ne plaît pas à tous»: le drôle de limogeage d’un commissaire des Yvelines
Un élève de dix ans nommé Jihad mord son enseignante devant toute sa classe dans le Val-de-Marne
Erdogan accuse Macron de «régler des comptes avec l’islam et les musulmans»
La France effectue avec succès son premier tir de missile de croisière depuis un sous-marin
Tags:
peinture, vandalisme, Napoléon, statue, France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook