France
URL courte
34331
S'abonner

L'utilisation de gaz lacrymogènes aurait des effets néfastes sur la santé à long terme en raison de la présence de cyanure, conclut un rapport de l’Association toxicologie-chimie de Paris.

L’Association toxicologie-chimie de Paris vient de publier un rapport détaillé consacré à l'étude des effets toxiques sur l'organisme à plus ou moins long terme de l’utilisation du gaz lacrymogène CS. Lors du métabolisme, le gaz absorbé libère successivement deux molécules de cyanure, un élément très toxique, constatent les médecins.

«Les effets immédiats sur la santé de l’anion cyanure sont bien documentés: effets irritants au niveau des yeux, de la peau, du tractus respiratoire, atteinte du système cardio-vasculaire et du système nerveux central (entraînant des maux de tête, des étourdissements, une grande fatigue...). Sur un plus long terme, l’anion cyanure peut aggraver ces atteintes et également toucher le système endocrinien (thyroïde)», explique l’étude.

«À dose plus ou moins élevée, le gaz CS provoque un effet irritant, pouvant entraîner des dommages susceptibles de devenir irréversibles au niveau des yeux, de la peau, des poumons et du tractus gastro-intestinal...», ajoutent les auteurs.

Protéger la santé publique

Or, le gaz CS est de plus en plus souvent utilisé lors des manifestations, notent les chercheurs. Le rapport analyse plusieurs décès survenus après l’usage de gaz CS lors des récentes protestations, mais aussi lors des manifestations de 1968.

«Il devient urgent que les gouvernements faisant usage du gaz CS prennent des décisions contraignantes allant dans le sens de la protection de la santé publique», exhortent les scientifiques.

Lire aussi:

Paris appelle les pays du Moyen-Orient à renoncer au boycott des produits français
Le seuil des 52.000 nouveaux cas journaliers de Covid-19 dépassé en France
L'évacuation policière de la terrasse d’un bar parisien fait polémique – vidéo
Tags:
santé, étude, France, gaz lacrymogènes
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook