France
URL courte
46144100
S'abonner

Jugé dans le cadre d’une affaire d'emplois fictifs, François Fillon a été reconnu coupable par le tribunal correctionnel de Paris, ce lundi 29 juin. Il a écopé de cinq ans de prison dont trois avec sursis, 375.000 euros d'amende et 10 ans d'inéligibilité.

Alors que l'ancien Premier ministre François Fillon été reconnu coupable par le tribunal correctionnel de Paris, ce lundi 29 juin, de détournement de fonds publics dans l'affaire des emplois fictifs, son épouse Pénélope a été également jugée pour complicité et recel de détournement de fonds publics.

Le troisième prévenu impliqué dans cette affaire, l'ancien suppléant de François Fillon Marc Joulaud, a également été déclaré coupable.

Malgré le fait que les avocats de la défense ont demandé la réouverture des débats, cela ne se fera pas.

Les peines

François Fillon a été par la suite condamné à cinq ans de prison dont trois avec sursis. De plus, il devra payer une amende de 375.000 euros et est frappé de 10 ans d'inéligibilité.

Pour sa part, Marc Joulaud a écopé de trois ans de prison avec sursis, 20.000 euros d'amende avec sursis et cinq ans d'inéligibilité.

À son tour, Pénélope Fillon a reçu une peine de trois ans de prison avec sursis et une amende de 375.000 euros.

De ce fait, les époux Fillon et leur co-prévenu Marc Joulaud, ont été condamnés à rembourser plus d'un million d'euros à l'Assemblée nationale.

Suite à la prononciation des peines, le couple Fillon fait appel de sa condamnation, font savoir leurs avocats, cités par l’AFP.

«Cette décision, qui n'est pas juste, va être frappée d'appel, […], il y aura un nouveau procès», a annoncé devant la presse Antonin Lévy, l'avocat de François Fillon.

L’avocat de Pénélope Fillon, Pierre Cornut-Gentille, a confirmé cette décision et a dénoncé pour sa part une peine «sévère».

L'affaire des emplois fictifs

L’ex-Premier ministre François Fillon, son épouse Pénélope et son ancien suppléant à l'Assemblée Marc Joulaud ont été jugés au tribunal correctionnel de Paris dans le cadre de l'affaire des emplois fictifs dont aurait bénéficié Mme Fillon, une affaire qui avait plombé la campagne du candidat de la droite à la présidentielle de 2017.

Lire aussi:

Erdogan accuse Macron de «régler des comptes avec l’islam et les musulmans»
Un élève de dix ans nommé Jihad mord son enseignante devant toute sa classe dans le Val-de-Marne
Ce que l’on sait de l’arme utilisée par le terroriste pour décapiter le professeur Paty
Tags:
France, justice, politique, François Fillon
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook