France
URL courte
6254
S'abonner

Antoine Boudinet, Gilet jaune qui a eu une main arrachée par une grenade GLI-F4 lancée par les forces de l’ordre à Bordeaux le 8 décembre 2018, intègre la mairie de la ville. Présent sur la liste de Philippe Poutou, il sera l’un des trois conseillers municipaux de la liste «Bordeaux en Luttes».

Un an et demi après avoir perdu une main à la suite du jet d’une grenade GLI-F4 à Bordeaux, le Gilet jaune Antoine Boudinet a été élu conseiller municipal de la ville.

Une élection qui intervient à l’issue du second tour des municipales remporté à Bordeaux par l’écologiste Pierre Hurmic.

Figure emblématique des Gilets jaunes, Antoine Boudinet faisait partie de la liste «Bordeaux en Luttes» mené par Philippe Poutou. Celle-ci rassemblait le Nouveau Parti anticapitaliste (NPA), La France insoumise (LFI) et un collectif citoyen. «Bordeaux en Luttes» a récolté 9,39% des suffrages et trois sièges au conseil municipal, dont l’un sera occupé par Antoine Boudinet.

Mutilation lors de l’acte 13

Antoine Boudinet, alors âgé de 27 ans, a eu une main arrachée par une grenade GLI-F4 lancée par les forces de l’ordre lors de l’acte 13 du mouvement des Gilets jaunes le 8 décembre à Bordeaux. Il a alors porté plainte pour «mutilation volontaire», mais l’affaire a été classée sans suite.

À la suite de cet accident, Antoine Boudinet est devenu l’une des figures du mouvement. Membre du collectif «Mutilé pour l’exemple», il se bat pour l’interdiction des grenades GLI F4 et du LBD40.

Lire aussi:

L’Allemagne installera des soldats en France, Paris parle de «révolution»
Ces 11 pays qui n’ont toujours pas de cas déclarés de coronavirus depuis le début de la pandémie
Covid-19: Quand la cheffe de file de la gauche marocaine verse dans le complotisme décomplexé
Tags:
Philippe Poutou, élections municipales en France (2020), Bordeaux
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook