France
URL courte
15846
S'abonner

Un adolescent de 17 ans est soupçonné d’avoir coupé la main d’un autre jeune lors d’une rixe dans les Yvelines. Il pourrait avoir agi à l’aide d’une machette ou d’une barre de fer. Un dispositif policier a été mis en place sur les lieux pour éviter des représailles.

La police a interpellé un adolescent de 17 ans, suspecté d’avoir tranché une main lors d’une rixe à Houilles, dans les Yvelines, rapporte Le Parisien. 

Les faits se sont déroulés dans la nuit du 13 au 14 juin, alors que des échauffourées impliquaient une cinquantaine d’individus, armés de bâton et de béquilles. La bagarre avait pour motif une histoire de scooter volé.

Au cours de la rixe, l’adolescent aurait asséné plusieurs coups à une victime tombée au sol, à l’aide d’une barre de fer ou peut-être d’une machette. La scène a été interrompue avec l’arrivée des policiers de la brigade anti-criminalité, qui ont dispersé les belligérants à l’aide de grenades lacrymogènes. Auparavant, deux voitures avaient tenté de foncer dans la mêlée.

Il admet avoir apporté une machette

La victime, un jeune homme de 18 ans, a été emmenée à l’hôpital mais a perdu sa main. 

Quant à l’agresseur, il a été interpellé par les forces de l’ordre vendredi 26 juin. Il a reconnu durant sa garde à vue avoir été en possession d’une machette, tout en niant être l’auteur des coups.

Cet acte de mutilation a échauffé les esprits, faisant monter la tension entre les bandes rivales d’Argenteuil et Sartrouville. Un important dispositif policier a dû être mis en place à Houilles, pour éviter des actes de représailles contre le «coupeur de mains».

Des investigations sont en cours pour faire la lumière sur les faits.

Lire aussi:

Un épidémiologiste de l’Institut Pasteur met en garde la France
Cas de Covid-19 importés d’Algérie: «on donne le bâton pour se faire battre»
Certains gels hydro-alcooliques peuvent cacher un danger mortel
Tags:
Yvelines, représailles, mains, bagarre, agression, arme blanche
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook