France
URL courte
186529
S'abonner

Une enquête visant plusieurs dirigeants de la France insoumise a été ouverte en mai pour «abus de confiance», selon la déclaration du parquet de Paris de ce mardi 30 juin, précisant que les investigations ont été confiée à la brigade financière, informe l’AFP.

Confiée à la brigade financière, une enquête pour abus de confiance visant plusieurs dirigeants de la France insoumise avait été ouverte en mai, fait savoir ce mardi 30 juin le parquet de Paris, cité par l’AFP.

À son tour, Le Canard enchaîné a publié sur Twitter que son numéro de ce mercredi 1er juillet présentera également les informations sur «Mélenchon visé par une nouvelle enquête préliminaire».

​L'enquête vise à vérifier les «conditions dans lesquelles les dirigeants de LFI, dont Jean-Luc Mélenchon, se sont acquittés des amendes et des dommages et intérêts auxquels ils ont été condamnés» en décembre 2019 dans l'affaire de la perquisition houleuse au siège de LFI l'année précédente, selon des sources concordantes citées par l’AFP.

Jean-Luc Mélenchon réagit​

En réaction à ses informations, Jean-Luc Mélenchon s’est exprimé également sur Twitter en associant ces annonces à «La justice de Macron».

Mais le leader en question ne s’arrête pas là. Il condamne, en outre, la «nouvelle instrumentalisation de la justice».

«Nous sommes estomaqués de découvrir que, non content d’avoir exigé des sommes exorbitantes, les parties civiles poursuivent leur harcèlement en saisissant à nouveau la justice plutôt que d’accepter un règlement pourtant légal. Nous dénonçons cette nouvelle instrumentalisation de la justice qui semble être motivée pour alimenter des articles visant à nous intimider et à véhiculer des rumeurs infamantes», écrit Jean-Luc Mélenchon sur son blog à la suite des annonces dans la presse sur l’enquête visant plusieurs dirigeants de la France insoumise.

Lire aussi:

Santé publique France dévoile la carte des zones les plus touchées par le Covid-19 - photo
«Il y a un risque de guerre civile» en France, prévient l'ancien chef d'État-Major des armées Pierre de Villiers
Une enseignante estime que Samuel Paty a «provoqué» l’acte terroriste
Tags:
politique, justice, France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook