France
URL courte
3819
S'abonner

Le passage à tabac d’un adolescent en Isère en présence d’un gendarme qui n’était pas en service au moment des faits a déclenché l’ouverture d’une enquête.

Un adolescent de 16 ans a été passé à tabac en pleine rue par le père de son ex-petite amie, aidé par trois hommes, dont un sous-officier de la gendarmerie en civil, rapporte Le Parisien.

Les faits se sont déroulés samedi 27 juin à Heyrieux, dans l’Isère, alors que l’adolescent passait la soirée chez une copine. Alors qu’il partait, il a été violemment pris à partie par plusieurs individus arrivés dans un 4x4 BMW.

L’adolescent a reçu plusieurs coups à la tête. Il est touché à la mâchoire et aux cervicales. Mais c’est surtout le comportement du militaire qui trouble: «Je savais qu'il était gendarme car c’est le père d’une fille que je connais. Lorsque j’ai été agressé, je pensais qu’il allait intervenir. Mais il n'a pas bougé [...]. Un de mes copains, Franck, a tenté de me venir en aide. Mais le gendarme l’en a empêché en mettant son bras pour l’écarter», raconte la victime au quotidien.

L’IGGN saisie

Les auteurs de l’expédition punitive, qui sentaient l’alcool selon les adolescents présents, sont finalement remontés dans leur voiture et ont quitté les lieux. Quelques heures plus tard, un médecin a prescrit 10 jours d’Incapacité temporaire de travail (ITT) à l’adolescent, qui porte désormais une minerve.

Une plainte a été déposée à la gendarmerie d’Heyrieux, après quoi l’Inspection générale de la gendarmerie nationale (IGGN) a été saisie. Le militaire visé, qui a le grade de major, dirige une brigade du Nord-Isère. Il est également conseiller municipal.

Lire aussi:

Un ouvrier décapité par une pelleteuse sur un chantier près de Rouen, à une semaine de la retraite
Il refuse de donner une cigarette, sa mère se fait tuer en prenant sa défense dans la Drôme
«Nous sommes libres de décapiter»: des milliers de messages de bots envahissent des sites français
Tags:
gendarmes, France, Isère
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook