France
URL courte
62330
S'abonner

Tombés dans un guet-apens, deux véhicules de police sont devenus jeudi soir la cible de jets de projectiles et d’un tir de mortier dans le 17e arrondissement de Paris. Un suspect bien connu des forces de l’ordre a été interpellé à son domicile vendredi matin.

Vers 22 heures, le 2 juillet, deux patrouilles de polices ont été dépêchées vers la porte de Saint-Ouen à Paris suite au signalement d’un groupe de jeunes qui perturbait la circulation, rapporte Actu 17.

Devant le parc André-Bréchet, une cinquantaine d’individus se trouvaient sur la chaussée et gênaient le passage des voitures.

Malgré la demande des policiers, la plupart sont restés sur place et s’en sont pris à eux.

Un mortier d’artifice a été envoyé sur l’un des véhicules de police. Selon le média, le conducteur a tout juste eu le temps de fermer sa fenêtre, le mortier explosant sur la voiture.

Puis les agents ont été visés avec des projectiles et ont dû quitter les lieux.

L’altercation n’a fait aucun blessé. Les victimes ont déposé plainte, précise Actu 17.

L’auteur du tir identifié

Bien qu’aucune interpellation n’ait eu lieu au moment des faits, les policiers ont identifié l’auteur présumé du tir de mortier, un homme connu de leurs services.

L’enquête a été confiée au commissariat du 17e arrondissement et aux policiers de la sûreté territoriale (ST).

Une opération a été menée au petit matin vendredi 3 juillet en coopération avec des policiers de la Brigade anticriminalité de nuit (BAC 75N). L’individu a été arrêté à son domicile et placé en garde à vue.

Lire aussi:

Une jeune enlevée et dépouillée par quatre autres femmes à Saint-Étienne
Un drôle de cluster d'une cinquantaine de Chinois positifs au Covid-19 à Roissy
Invité à se rendre en Israël, le roi Mohammed VI aurait posé deux conditions à Netanyahou pour accepter
«J’ai fait une bêtise mais elle n’a pas souffert»: l’ex-compagnon de la femme tuée à Alençon se livre
Tags:
projectiles, tir au mortier, Paris, police
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook