France
URL courte
9395
S'abonner

En tant que porte-parole du gouvernement, Sibeth Ndiaye a commis un certain nombre de maladresses et d’erreurs de communication qui ne sont pas passés inaperçues auprès du public. Elle s’est trompée pour certains faits et dates, a minimisé la gravité de l’épidémie et a réfuté l’importance du port du masque. Retour sur ces bourdes.

Sibeth Ndiaye a refusé d’être reconduite à ce poste avec Jean Castex pour «raisons personnelles», selon son représentant. Deux ans avant sa nomination au poste de porte-parole du gouvernement en mars 2019, elle avait avoué à L’Express assumer «parfaitement de mentir pour protéger le Président». Depuis, son travail a été marqué par plusieurs déclarations controversées. Retour sur certaines d'entre elles.

«On ne va pas arrêter le pays»

À une semaine des annonces d’Emmanuel Macron faites sur la «plus grave crise sanitaire qu’ait connue la France depuis un siècle», Sibeth Ndiaye avait sous-estimé l’ampleur de l’épidémie et s’était prononcé contre le confinement le 5 mars 2020:

«Il faut avoir conscience que 80% des malades ont un gros rhume, une grosse grippe au maximum. Il y a 20% de cas qui sont compliqués. On ne va pas arrêter le pays».

Le masque n’est pas nécessaire

Après son discours sur la pénurie de masques, elle avait essuyé un certain nombre de critiques sur le fait qu’elle ne savait pas les utiliser, en estimant même que son port pouvait être «contreproductif». En se référant aux dires du directeur général de la Santé, Jérôme Salomon, elle avait réfuté la nécessité du port du masque pour tout le monde.

Interrogée en mai à propos du recours jugé trop faible et tardif aux tests de dépistage du coronavirus en France, elle s’était référée à la recommandation éditée par l’OMS qui datait «quelque part de mémoire, au mois d’avril». En réalité, l’organisation avait préconisé de «tester chaque cas suspect» dès le 16 mars.

Maladresse envers les enseignants

Enfin, la porte-parole du gouvernement avait estimé que les enseignants étaient au chômage pendant le confinement, suite à la fermeture des écoles. Cette remarque était survenue en réponse à l’appel à participer à la récolte du ministère de l’Agriculture adressé aux Français qui ne travaillaient pas à cause du confinement.

«Nous n’entendons pas demander à un enseignant qui aujourd'hui ne travaille pas compte tenu de la fermeture des écoles de traverser toute la France pour aller récolter des fraises gariguettes», a-t-elle dit.

Cette boulette a été suivie d’un message d’honneur adressé aux enseignants et relayé par Jean-Michel Blanquer.

Les images de Sibeth Ndiaye en direct, cigarette à la bouche, avant un entretien télévisé sur BFM TV, n’étaient pas passées inaperçues non plus aux yeux des téléspectateurs devant lesquels la porte-parole s’est plus tard excusée. Elle avait ainsi dit ne pas avoir su qu’elle était filmée quelques instants avant le début de l’interview.

Lire aussi:

L'armée américaine se préparerait à frapper l'Iran, selon un spécialiste israélien
Un homme tabassé par trois policiers à Paris, qui ont de plus menti dans leur rapport – vidéo choc
Ces 17 millions de Français seront prioritaires pour obtenir le vaccin anti-Covid
Les derniers mots de Maradona dévoilés par une chaîne de télévision
Tags:
Jean Castex, erreurs, épidémie, gouvernement, Sibeth Ndiaye
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook