France
URL courte
Par
171235
S'abonner

La première prise de parole du nouveau garde des Sceaux à l’Assemblée nationale a été mouvementée. Applaudi par certains députés lors de son intervention, il a été chahuté par d’autres. Après avoir été interrompu plusieurs fois, Éric Dupond-Moretti a lancé aux élus: «vous me jugerez sur ce que j’ai fait».

Lors de la première séance de questions d’actualité des députés au gouvernement de Jean Castex, le nouveau ministre de la Justice Éric Dupond-Moretti n’a pas été accueilli avec une bienveillance unanime. «C'est compliqué pour moi, c'est une première», a-t-il lancé face à des applaudissements d’un côté et des chahuts de l’autre.

Le nouveau ministre a été notamment interrogé par le député Les Républicains (LR) Antoine Savignat sur les raisons qui l’ont poussé à accepter cette fonction. Par le passé, l’avocat avait affirmé qu’il ne l’aurait jamais accepté. Contraint de répondre à l’agitation dans l’hémicycle qui perturbait son discours, le ministre a proclamé:

«On n'est pas au spectacle et je vais répondre à la question que me pose le député».
«D’abord quand on est avocat pénaliste libre, on n'a pas la même parole que quand on représente l’État. C’est vrai qu'à un moment j'ai dit que je n'accepterais pas cette tâche, il doit y avoir une dizaine ou une quinzaine d’années».

Il a été interrompu une fois de plus par des éclats de voix auxquels il a lancé:

«J'aimerais que vous me laissiez au moins m’exprimer».

Visiblement agacé par cette nouvelle interruption, M.Dupond-Moretti a martelé:

«Mais ça va pas?» Et de poursuivre en suscitant des applaudissements: «L'idée que l'on se fait de la justice transcende les clivages. […] On peut tous travailler ensemble».

Une tâche embrassée avec «beaucoup d’humilité»

L’hémicycle s’étant un peu calmé, le ministre a dit sa «fierté d’être ici, devant la représentation nationale»:

«Je mesure l'ampleur de la tâche et je l'embrasse avec beaucoup d'humilité, cette tâche à venir».

Et de lister ses priorités pour sa nouvelle fonction:

«Il y a d'ores et déjà un certain nombre de pistes: l'enquête préliminaire, sa durée, la présomption d'innocence, les violations du secret de l’enquête.»

Lire aussi:

Une enseignante menacée par ses élèves à Toulouse pour avoir abordé le port du voile en France
Vitres brisées, tags, menaces: des mosquées ciblées à Bordeaux et Béziers - images
Comment éviter l’«effondrement» de la France qui vient? Laurent Obertone donne ses 10 lois «pour vaincre» – vidéo
Tags:
gouvernement, remaniement, Assemblée nationale, Eric Dupond-Moretti
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook