France
URL courte
1616021
S'abonner

Dans sa nouvelle chanson publiée mercredi soir, Renaud parle du Covid-19, évoque le controversé Professeur Raoult et rend hommage aux soignants qui ont combattu le virus.

«Coronavirus, connard de virus»: c’est le refrain du titre surprise lâché par Renaud, où il prend fait et cause pour le controversé Professeur Didier Raoult, dans un clip visible sur Youtube et Facebook mercredi soir.

On voit le chanteur en veston de cuir, bras nus et tatoués, chanter dans un jardin près de l’Isle sur la Sorgue, dans le Vaucluse où il réside, précise le générique final, devant deux guitaristes et un bassiste, une choriste rejoignant ensuite le groupe, indique l'AFP.

«Quand je pense au brave Docteur Raoult...»

«Quand je pense au brave Docteur Raoult/Conchié par des confrères jaloux/Par des pontes, des sommités/Qui ont les moules (qui ont peur, ndlr) de perdre du blé», l’entend-on déclamer de sa voix éraillée, usée par les années et les excès passés.

Fervent défenseur de l’hydroxychloroquine, le Pr Raoult suscite toujours la polémique. Ses dernières accusations sur des conflits d’intérêts devant la commission d’enquête de l’Assemblée nationale sur le Covid-19 ont provoqué récemment la colère des organismes publics visés.

La vidéo se termine par Renaud qui baisse son emblématique bandana rouge utilisé en guise de masque, pour lâcher son célèbre «tain tain tain». Puis on lit sur un message écrit de sa main: «Pour tous les potes qui ont souffert de ce putain de virus, pour tous les soignants, amitiés».

L’hiver dernier, l’artiste de 68 ans avait sorti un nouvel album, «Les mômes et les enfants d’abord».

Lire aussi:

Décès d'Olivier Dassault dans le crash de son hélicoptère
Attaque au couteau en pleine journée en Corse, plusieurs blessés
Plusieurs explosions en Guinée équatoriale font des centaines de blessés et de nombreux morts – images
La SNCF appelle la police pour neutraliser une bande de jeunes agressant les passagers d’un RER
Tags:
Covid-19, titre, chanson, Didier Raoult
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook