France
URL courte
Par
23754
S'abonner

Appelée pour une intrusion dans une école primaire en pleine nuit, une patrouille de la police municipale de Tours a été attaquée par une vingtaine de jeunes qui les attendaient, selon France Bleu. Face aux tirs de mortiers d’artifice et aux jets de divers projectiles, ils ont pris la fuite en attendant le renfort de la police nationale.

Dans la nuit du 9 au 10 juillet, aux alentours de deux heures du matin, une patrouille de policiers municipaux tourangeaux a été agressée par une vingtaine de jeunes, rapporte France Bleu. Elle répondait à une alerte d’intrusion dans une école primaire du quartier du Sanitas, mais il s’agissait en fait d’un guet-apens.

Les agents ont été ciblés par des tirs de mortiers d’artifice et des jets de projectiles tandis qu’ils fuyaient du bâtiment. Ils ont été poursuivis par une trentaine de jeunes, leur nombre s’étant élargi au moment de l’agression. Selon le témoignage d’un policier, certains d’entre eux étaient âgés de 13 à 14 ans.

Ils se sont ensuite réfugiés dans leur véhicule en attendant le renfort de la police nationale. Les assaillants ont finalement été dispersés. Plus tard dans la nuit, la police a reçu le signalement d’un véhicule incendié dans le même secteur.

Une enquête ouverte

D’après les informations de France 3 Indre-et-Loire, le procureur de la République de Tours, Grégoire Dulin, a pris les faits très au sérieux et a ouvert une enquête. Celle-ci sera confiée à la Sûreté départementale du commissariat de Tours. La raison pour laquelle ces jeunes ont voulu tendre un piège aux forces de l’ordre est encore à déterminer.

Lire aussi:

La France annonce la plus importante hausse de cas de Covid-19 en plus de deux mois
Perdu en mer, un jeune garçon survit en se rappelant les conseils d’un documentaire
Didier Raoult estime que le Covid-19 est désormais l'une des maladies respiratoires les moins graves - vidéo
Tags:
école primaire, intervention, Police nationale française, projectiles, tir au mortier, Tours, piège
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook