France
URL courte
131437
S'abonner

La ministre des Armées a réagi au micro de France Info aux révélations de Mediapart sur l'adhésion publique d'une dizaine de militaires et anciens militaires français à l'idéologie néonazie. «Ce sont des cas... extrêmement rares», s'est-elle félicitée tout en assurant les prendre «avec énormément de sérieux».

Florence Parly, ministre des Armées, s'est exprimée mardi 14 juillet sur France Info sur les informations de Mediapart révélant qu'une dizaine de militaires et anciens militaires français étaient favorables aux thèses néonazies.

«Il faut prendre cela avec énormément de sérieux, et c'est ce que nous faisons», a-t-elle affirmé.

La ministre a fait savoir que le commandement avait été immédiatement saisi.

«Mais je crois aussi qu'il faut dire que ce sont des cas qui sont heureusement extrêmement rares. Mais ce n'est pas parce qu'ils sont rares que l'on ne doit pas y prêter une grande attention et ne pas prendre de sanction», a-t-elle ajouté.

Les sanctions en cours

France Bleu Savoie a signalé à ce propos que des sanctions à l'encontre des soldats concernés étaient en cours, mais qu'elles prenaient du temps.

La semaine dernière, le site d'information Mediapart a publié un article intitulé «Des néonazis font carrière dans l'armée française» consacré à une dizaine de militaires qui ne faisaient pas mystère sur les réseaux sociaux de «leur adhésion à l'idéologie néonazie» ce qui ne les empêchait pas de continuer leur carrière.

Des photos de militaires avec des tatouages de la devise SS ou faisant le salut nazi ont été publiées.

Lire aussi:

Joe Biden confond trois fois la Libye et la Syrie à la veille de son sommet avec Vladimir Poutine
Un journaliste US essaie d’interrompre Vladimir Poutine, le Président russe réplique
Propriétaire, elle est à la rue depuis deux ans à cause d’une famille de squatteurs
Joe Biden perpétue la tradition des infractions au protocole royal britannique – photo
Tags:
néonazis, révélations, Florence Parly
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook